Plus de 30 000 déchets ramassés en 1h30 à Paris

Plus de 30 000 déchets ramassés en 1h30 à Paris
Plus de 30 000 déchets ramassés en 1h30 à Paris
Par Cécilia Ouibrahim publié le
577 lectures

Dimanche dernier, l’ONG Surfrider a organisé une grande collecte de déchets autour du bassin de la Villette à Paris. Une initiative qui a porté ses fruits. Et pour cause, pas moins de 30 385 déchets ont été ramassés autour du point d’eau, et ce, en seulement 1h30 !

Dimanche 25 mars, de 14h à 15h30, ce sont des centaines de bénévoles qui se sont mobilisés autour du bassin de la Villette pour une opération de collecte de déchets menée par Surfrider. Le résultat est déconcertant : plus de 30 000 déchets ramassés dont 23 000 mégots de cigarettes. Aux côtés de l’ONG, l’association Run Eco Team, dont les membres ramassent les déchets lors de leurs sorties sportives, a rassemblé ses troupes. Célèbre pour son slogan « le meilleur déchet, c’est celui que l’on ne produit pas », Zero Waste France est également de la partie pour soutenir cette initiative responsable.

30385 déchets en tout genre

90 minutes. C’est le temps qu’il a fallu aux bénévoles pour remplir leurs sacs de milliers de déchets. Des bâches étalées sur la place Stalingrad qui débordent de détritus. Au total, l’ONG Surfrider a recueilli 23 000 mégots de cigarettes, 4150 capsules en métal, 760 emballages alimentaires, 430 gobelets en plastique, 300 canettes en aluminium et autant de bouteilles en plastique. Mais également 150 tickets de métro, 130 paquets de cigarettes, 150 bouteilles de verre, 85 cuillères en plastique, 70 pailles... Plus impressionnant : les bénévoles ont ramassé des déchets plus volumineux, comme une trottinette, une bonbonne de gaz ou encore un four à micro-ondes !

“Un seul mégot suffit à polluer 500 litres d’eau”

Les stars de cette opération à succès, ce sont incontestablement les mégots de cigarettes, déchets les plus ramassés chaque année. L’année dernière, l’ONG en avait récolté plus de 10 000, un nombre considérable qui a aujourd’hui doublé.
Alors que jeter une cigarette par terre est désormais passible d’une amende de 68 euros, cette sanction ne semble pas bousculer les mauvaises habitudes des fumeurs.

“Il faudrait que les gens arrêtent : un seul mégot suffit à polluer 500 litres d’eau”, explique Camille, une bénévole de 25 ans.

En plus de vouloir assainir les rues de la ville, cette mobilisation est une campagne de sensibilisation à la pollution marine orchestrée par l’antenne parisienne de la Fondation Surfrider.

"On le sait peu mais 80 % des déchets que l’on retrouve dans les océans proviennent de l’intérieur des terres, souligne Lionel Cheylus, responsable de l’antenne parisienne de Surfrider. Donc jeter par terre, c’est jeter en mer"

Lutter contre la pollution : un combat permanent pour l’association

Cette opération zéro déchet n’est pas la première pour l’ONG Surfrider, et certainement pas la dernière. Nettoyer les rues de la capitale, sensibiliser les gens mais pas seulement ! Lionel Cheylus, responsable de l’antenne parisienne de l’ONG a confié au journal Le Parisien que cette action de collecte des déchets se veut aussi une opération de comptage. Le bénévole rappelle que l’association Surfrider combat régulièrement la pollution et a joué un rôle important dans l’interdiction les sacs en plastique dans les caisses des supermarchés en 2016.

“Nous réalisons ces collectes depuis 23 ans et nous transmettons nos données à l’agence européenne de l’environnement pour faire évoluer les législations”

L’association lutte actuellement pour la réduction des bouteilles en plastique en Europe. Un combat qui mérite d’être mené, surtout lorsqu’on constate que la plupart des déchets ramassés -mis à part les mégots de cigarettes- contiennent du plastique.

“Cela a du sens : on vient d’apprendre que le continent de plastique qui flotte dans le Pacifique est grand comme trois fois la France” poursuit le responsable associatif.

Source : Le Parisien

Commentaires