Samsø, l’île qui se suffit à elle-même

Par bioalaune publié le
3879 lectures

Samsø est une île danoise 100% autosuffisante sur le plan énergétique, l’île produit elle-même la totalité de son électricité grâce aux énergies renouvelables. Les travaux ont commencé à la fin du siècle dernier. Maintenant, les résidents sont fiers d’avoir complètement supprimé leur empreinte carbone. Voilà l’histoire de ce petit bout de terre qui inspire le monde entier…

La chronique a commencé en 1997 lorsque Samsø gagne une compétition nationale de la communauté modèle en énergie renouvelable. L’île projetait de devenir indépendante en énergie au travers de nombreux projets qu’elle comptait réaliser. A cette époque, l’île était dépendante en gaz et pétrole, directement importés depuis le continent.

Caractéristiques de l’île :

114 km² (Paris = 105 km²)
4.000 habitants
 

En 2012, Samsø c’est simplement l’île la plus écologique du monde. Elle possède un parc éolien de 21 turbines, dont 10 sont situées en offshore. Les initiatives de Samsø ont impliqué une approche diverse pour l’énergie. L’île autosuffisante produit même un surplus d’énergie qu’elle exporte. Les habitants de l’île chauffent leurs habitations avec de la chaume (dérivé de la paille), brulée dans une centrale générale. De nombreuses personnes roulent avec du biocarburant qu’elles ont elles-mêmes produit. 100% de l’électricité vient des éoliennes et 75% de la chaleur produite vient du photovoltaïque et de la biomasse. Des systèmes de récupération d’eau de pluie sont également mis en place ; ils ont pour le moment une fonction principale de démonstration.

L’île possède même sa propre agence en énergie qui s’adresse à la fois aux particuliers et aux professionnels afin d’obtenir des conseils pour économiser de l’énergie ainsi que des solutions concrètes. Les consultants conseillent sur la manière de réduire la consommation d’énergie en mettant à jour les installations, en remplaçant les pompes, en installant des panneaux photovoltaïques ou en faisant le choix de modes de chauffage alternatifs telle la géothermie. L’agence est actuellement impliquée dans six projets européens où elle essaie d’inspirer d’autres acteurs, le tout dans un esprit de partage. Il existe des opportunités pour produire de l’énergie d’une meilleure façon et de l’utiliser de manière intelligente à travers le monde. Le problème pour beaucoup, c’est de s’y mettre.

Ce projet, cette idée, cette autosuffisance, on la doit essentiellement à un homme : Søren Hermansen. Il a mené pendant plus de 10 ans des initiatives majeures pour les énergies renouvelables qui donnent cette aura verte, cette surproduction durable.
Le projet n’a pas été simple à monter sur Samsø. Søren Hermansen rappelle régulièrement le scepticisme général auquel il a dû faire face vis-à-vis de la population locale. Changer est toujours un acte lourd. Cependant les mentalités ont complétement évolué lorsqu’il a pris le temps de tout leur expliquer, simplement, car les avantages sont évidents.

Søren Hermansen pense, plus que personne, que le vent, le soleil, les vagues et les marées vont jouer un rôle essentiel dans la gestion de l’énergie à l’échelle européenne dans les années à venir. Les technologies qui nécessitent une gestion intelligente de l’énergie vont également être bénéfiques pour l’Europe si elle se trouve leader.
L’initiative de Samsø montre qu’un changement est possible si on s’en donne les moyens. Une société durable a été possible pour la petite île danoise, elle peut l’être pour de bien plus grandes communautés. Le plus souvent, c’est une question de motivation, de communication et d’implication citoyenne.

Comment un tel changement est-il possible ? Le peuple danois est-il le seul à pouvoir concrétiser ce genre de green attitude ?
Outre sa forte volonté écologique, le Danemark est, depuis de nombreuses années, un exemple mondial par son modèle social. Le dialogue et la démocratie sont présents partout. L’expérience sociale danoise est très intéressante, ses habitants étant très amicaux et très directs dans leur prise de décision.

 

Pensez-vous que ce genre d’exemple doit-être imité en France ?
Les Français sont-ils aptes à une telle évolution ?

Rédaction : Mathieu Doutreligne

 

Commentaires