La confirmation est donnée sur l’aspect néfaste des OGM

Par bioalaune publié le
7736 lectures

Une étude venant de paraitre dans la revue internationale Food and Chemical Toxicology dénonce les effets des OGM et des pesticides. Effectuée sur des rats nourris avec du maïs infesté, l’étude montre que les animaux meurent plus vite et développent plus facilement des cancers. Le débat sur les OGM et les substances chimiques est officiellement relancé.

Deux cents rats ont été étudiés pendant une durée maximale de deux ans. Ils ont été nourris avec un maïs OGM NK603, un maïs OGM traité au Roundup et un maïs non-OGM traité au Roundup, le Roundup étant le pesticide le plus utilisé au monde. Ces deux produits chimiques sont vendus par le géant américain Monsanto.

Les animaux ont été nourris par un régime équilibré, représentatif de l’alimentation d’un américain moyen, dans lequel le maïs a été ajouté. « Les résultats révèlent des mortalités bien plus rapides et plus fortes au cours de la consommation de chacun des deux produits », résume le professeur Seralini. Il ajoute : « le premier mâle nourri aux OGM meurt un an avant le premier témoin. La première femelle huit mois avant. Au 17e mois, on observe cinq fois plus de mâles nourris avec 11% de maïs (OGM) morts ». Des tumeurs sur la peau et au niveau des reins apparaissent jusqu’à 600 jours avant celles des témoins mâles. Les scientifiques ont constaté que 93% des tumeurs femelles étaient mammaires lorsque celles des mâles sont hépatiques ou rénales.

Ces tumeurs visibles sur la photo ci-contre sont plus grosses qu’une noix. Gilles-Eric Seralini, professeur à l’université de Caen et directeur de l’étude explique : « il y a deux à trois fois plus de tumeurs chez les rats traités des deux sexes ». Les auteurs de l’étude parlent ici d’une première mondiale.

C’est la première fois que les deux substances chimiques ont été testées sur le long terme. Le NK603 n’avait jusqu’à présent été testé que sur une durée de trois mois. Quelques OGM ont déjà été testés sur 3 ans, mais jamais avec des analyses aussi poussées.

L’étude a été financée par la Fondation Charles Leopold Meyer pour le progrès pour l’homme et la fondation Ceres. Les fonds sont gérés par le Comité de recherche et d’informations indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) dont le conseil d’administration est présidé par l’ancienne ministre de l’Environnement, Corinne Lepage.

Les OGM sont-ils pour autant un risque majeur pour l’homme ? Pas directement, car ils sont interdits en France. Attention toutefois, car on peut retrouver des traces d’OGM. En effet, 80% des viandes que nous mangeons sont nourris avec des OGM. La seule façon d’être sûr de manger sainement reste la viande Bio, qui certifie une alimentation des bêtes par de la nourriture biologique et donc dépourvue de substances chimiques.

Rédaction : Sophie Kopacz

Commentaires