Astuce écolo pour mieux se chauffer : le solaire thermique

Par bioalaune publié le
9287 lectures

Capter l’énergie du soleil pour se chauffer

Le système solaire thermique de chauffage et d’eau chaude domestique marche d’une façon assez simple : il transforme les rayons du soleil en énergie thermique, ce qui permet d’utiliser directement l’énergie transformée. Cette énergie créée alimente un réseau local qui peut être redistribué pour chauffer une habitation ou obtenir de l’eau chaude au robinet. C’est un système différent des cellules photovoltaïques qui permettent, elles, de produire de l’électricité. La technologie du solaire thermique est de plus en plus utilisée, car elle présente des intérêts liés à ses capteurs simples, durables et rustiques. En France, 50% des besoins annuels en eau chaude pourraient être satisfaits grâce à cette technologie.

Cependant, même si elle est intéressante sur de nombreux niveaux, une énergie d’appoint est souvent nécessaire pour assurer un chauffage complet de l’habitation (individuelle ou collective). Elle fournit en moyenne 40% des besoins, et peut aller jusqu’à 60 à 70% si l’installation est suffisamment grande, idéalement placée sur son toit (l’inclinaison doit être comprise entre 30° et 60°, elle est idéale à 50° afin de capter un maximum de soleil). Le tout doit être couplé avec une très bonne isolation intérieure.

Ce système peut fonctionner sans problème en hiver. Même s’il fait plus froid, les rayons du soleil sont toujours chargés en énergie. Cette énergie est plus faible que l’été, certes, mais a l’avantage d’être mieux réceptionnée par les capteurs. Il y a en réalité moins de perte joule, car la chaleur est piégée à l’intérieur des tubes et ne peux plus ressortir. En période hivernale, la part de l’énergie d’appoint se devra d’être plus importante.

La meilleure efficacité énergétique du marché

En ces temps de grands froids qui s’abattent sur le pays, les radiateurs et chauffe-eau tournent à plein régime. Il existe plusieurs technologies de chauffage, elles possèdent toutes leurs particularités, fonctionnant avec des combustibles divers et variés.

Le solaire thermique s’avère être la technique la plus performante au niveau efficacité énergétique. Le chauffage à bois est également très efficace quand les systèmes au gaz, fioul et la PAC air-eau sont pointés du doigt.

Depuis un an, toutes les nouvelles constructions (bureaux, écoles, zone ANRU) doivent respecter la réglementation thermique RT2012. Les autres bâtiments ont jusqu’à la fin de cette année pour s’aligner sur cette règlementation qui impose une consommation d’énergie primaire maximale de 50kWh/m².an. Cette limite peut varier en fonction de la localisation et de l’altitude, tout comme la taille et le type de bâtiment. Ce qu’on appelle la « Cep max » prend en considération de nombreux élément dans son calcul : chauffage, éclairage, climatisation, eau chaude. Bref, tous les éléments qui sont demandeurs d’énergie dans la vie quotidienne.

À l’occasion de l’instauration de cette nouvelle réglementation, des études ont évalué l’efficacité des différentes technologies de chauffage actuelles. Ces études ont montré clairement que le solaire thermique est la meilleure source de chaleur renouvelable au niveau de la rentabilité énergétique (énergie nécessaire pour chauffer). Le solaire possède le potentiel nécessaire pour devenir une source d’énergie principale, ou au minimum, couplé avec une énergie d’appoint. La solution d’appoint la plus économique est le poêle à bûches ou à granulés de bois.

Les études ont mis en avant les trois meilleures solutions de chauffage et d’eau chaude sanitaire, pour maison individuelle (classement par ordre décroissant d’efficacité énergétique):

  • Système solaire combiné (SSC) complet avec un système d’appoint gaz ou fioul
  • Couple chauffe-eau solaire individuel (CESI) et chaudière à bois
  • Combiné chauffe-eau solaire individuel compact et chaudière à condensation gaz

La meilleure solution apporte un résultat de 30 kWh/m².an.

Le problème avec toutes les chaudières classiques à gaz ou à fioul est qu’elles ne respectent plus la nouvelle règlementation et le Cep max. L’ajout d’un système solaire combiné est nécessaire pour atteindre la RT2012. En 2012, la France possède 7% du marché européen du solaire thermique. Elle se situe sur la 3e marche du podium derrière l’Allemagne (31% du marché) et l’Italie (avec 13%). La concurrence dans les énergies renouvelables est rude et le thermique solaire connait un manque d’incitations financières dû à des politiques hésitantes qui s'explique par un manque de dynamisme du marché hexagonal.

Le Grenelle de l’Environnement prévoit que le solaire thermique passe la barre des 900 000 tonnes équivalent pétrole en 2020, soit plus de 4 millions de logements équipés. Fixés à 185 000 tep pour l’année 2012, les chiffres réels sont trois fois inférieurs aux objectifs. La réglementation RT2012 n’a pas eu l’impact prévu sur le marché du solaire thermique. Même si certains restent sceptiques, la meilleure solution pour arriver au résultat prévu serait de rendre le solaire thermique obligatoire.

 

À l’heure où l’homme semble perdre le contrôle sur ce qui l’entoure et où le réchauffement climatique n’arrive pas à être réduit, des technologies existent pour consommer moins d’énergie et devenir actrices du changement. Est-ce le rôle de l’état de prendre en main la situation et d’imposer les changements, ou ces décisions doient-elles être prises au niveau individuel ?

Schéma d'une installation solaire thermique par photovoltaique-aquitaine.net

Rédaction : Mathieu Doutreligne

 

Commentaires