Le curcuma : une poudre d'or au goût épicé qui révolutionne notre santé

Par bioalaune publié le
33100 lectures

De nombreuses plantes sont utilisées depuis des générations, parfois même depuis l'antiquité, et parmi elles, je voulais vous présenter aujourd'hui le curcuma ou "safran des indes'' déjà mentionné dans un herbier assyrien datant d'environ 600 ans avant J.-C, et également cité dans un traité botanique par le célèbre médecin grec Discoride.

Présentation

Cucuma longa, plante herbacée vivace de la famille des zingibéracées, haute de 50 cm à 1 mètre, qui compte une quarantaine d'espèces ( C.domestiqua, C.aromatica, Céphalothorax...), aime les sols bien drainés et un climat humide. Sa racine est un rhizome tuberculeux, jaune orangé à l'intérieur, épais et ramifié en racines secondaires charnues. Ses feuilles entières à limbes peuvent atteindre 45 cm de long et 18 cm de large. Ses fleurs jaunes, regroupées en inflorescences coniques en forme d'épis dressés, naissent près du sol.

Une épice mondialement connue

En Inde, le curcuma est connu et apprécié depuis plus de quatre mille ans où il est utilisé en cuisine, lors des cérémonies religieuses et aussi pour l'élaboration de nombreux remèdes. Il pousse en Asie du Sud-est où on préfère le cuisiner frais surtout dans la cuisine thaïe. En Thaïlande on le râpe et on le cuisine en soupe, en friture, en snack et en dessert. Dans l'est de l'Indonésie, il sert à préparer les ragouts et les currys. Ses propriétés sont universellement reconnues, si bien que son rhizome est commercialisé dans le monde entier et il est aujourd'hui cultivé en  Inde, en Afrique, en Asie tropicale, en Jamaïque et aux Antilles.

Sa récolte et ses utilisations

Les rhizomes du curcuma, récoltés entre novembre et décembre sont cuits puis desséchés et enfin épluchés avant le broyage en poudre jaune d'or. Cette poudre qui remplace souvent le safran a une saveur poivrée et amère.  Nommé ''haridra'' en sanscrit, le curcuma est un des composants classiques du curry indien. Longtemps utilisé en Asie du Sud-est pour relever les aliments et les conserver, le curcuma est utilisé partout dans la cuisine où il rehausse la couleur du riz (paella), dans les pâtes (1 cuillière à soupe dans un litre et demi d'eau), pour cuisiner poisons et viandes blanches (Colombo par exemple). Autorisé comme colorant pharmaceutique, sous l'appellation E100, le curcuma colore les moutardes , les fromages, les pâtisseries et d'autres aliments encore.

Son nom chinois, Jianghuang, signifie ''gingembre jaune'', une allusion à sa ressemblance avec le gingembre et à la remarquable couleur de son rhizome utilisé comme colorant et teinture (cheveux, tissus, bois...).

Attention : Le curcuma risque de déteindre sur vos vêtements, vos mains et votre vaisselle. Les tâches sont difficiles à faire partir.

Ses propriétés et ses indications

Les rhizomes de curcuma qui contiennent une huile essentielle*, un colorant jaune (la curcumine) et une résine sont riches en minéraux (potassium surtout) et en amidon (50%). La présence de vitamines A et C, de composés phénoliques, de curcuminoïdes antioxydantes auraient des effets anti-inflammatoire, hépatoprotecteur, antimutagène et anticoagulant.

* L'huile essentielle de curcuma à l'odeur boisée, de couleur jaune pâle à rougeâtre, obtenue par hydro-distillation des rhizomes est riche en turmérone (60%), cinéol, bornéol, et zingerone qui auraient des propriétés analgésique, anti-inflammatoire, bactéricide, fongicide et hypocholéstérolémiante.

Utilisée depuis des millénaires, en médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l'Inde), de même que dans les médecines traditionnelles Chinoise, Japonnaise, Thaïlandaise et Indonésienne, le curcuma est utile pour :

  • Lutter contre les problèmes digestifs, l'arthrite, l'asthme et les affections inflammatoires. Son action anti-inflammatoire serait comparable à celle de la cortisone, de la phénylbutazone (utilisée dans le traitement de l'arthrite rhumatoïde) et des anti-inflammatoires non-stéroïdiens. Lorsque le curcuma est associé à des acides gras essentiels, ils se potentialisent mutuellement dans leurs actions anti-inflammatoires. Aussi, son action antioxydante joue un rôle important dans son effet anti-inflammatoire (arthrite, rhumatisme, douleur musculaire, tendinite...)
  • Traiter les maux de tête, le rhume. Son effet antibiotique naturel et purificateur du sang aurait aussi une action sur l'inflammation de la gorge, l'anémie et certaines affections cutanées.
  • Traiter des maladies du foie (jaunisse, hépatite..), de l'estomac (ulcère) et les problèmes de digestion : les actifs du curcuma exercent une action stimulante sur la sécrétion et l'élimination de la bile. Son pouvoir antioxydant prévient la peroxydation des lipides, dont le mauvais cholestérol qui obstrue les artères. Il diminuerait donc de façon significative le taux de cholestérol sanguin.
  • Prévenir le cancer et contribuer à son traitement.

En utilisation externe : le curcuma peut être employé sous forme d'huile infusée, d'emplâtre, de teinture... dans le cas d'irritation cutanée, de plaie, d'entorse, de foulure, de rhumatismes, de psoriasis, de mycoses, etc.

Mise en garde et dangers :

Dans tous les cas, il ne faut pas consommer plus de 2 grammes de curcuma par jour. A forte dose (100 mg/kilo de poids corporel), il peut provoquer des troubles gastriques comme des ulcères digestifs.

Le curcuma fluidifie le sang, il ne faut donc pas l’associer ni à des anticoagulants ni à des antiplaquettaires. Il est également déconseillé aux femmes ménopausées sujettes à des bouffées de chaleur, car le curcuma a un effet réchauffant.

Bien qu’il n’ait pas d’effets indésirables sur les femmes enceintes, certains déconseillent son utilisation étant donné qu'il est utilisé pour les troubles d’aménorrhée. Sans toxicité à doses thérapeutiques,  à fortes doses, il peut provoquer des réactions cutanées et des irritations gastriques mais cela reste cependant rare. Il semble prudent d’éviter les expositions prolongées au soleil lorsque l’on utilise du curcuma.

Le curcuma passionne les chercheurs

La curcumine, extraite du curcuma, est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les lésions occasionnées par les radicaux libres, c'est pourquoi le curcuma fait l'objet de nombreuses recherches :

En 1995, des travaux scientifiques ont montré qu'une alimentation contenant de la curcumine diminuait le stress oxydatif ; des chercheurs indiens ont démontré qu'elle inhibe la peroxydation lipidique et neutralise les radicaux superoxyde et hydroxyle (Ruby AJ et al, 1995; Selvam M, 1995).

Deux autres études ont été publiées en 2000 : dans la première, les chercheurs ont montré que le contact prolongé des cellules endothéliales d'une aorte de bovin avec de la curcumine renforçait la résistance cellulaire aux lésions oxydatives. Dans une investigation séparée, des chercheurs ont découvert que la curcumine diminuait le stress oxydatif induit dans le foie de souris par du trichloréthylène. Ils en ont conclu que les effets bénéfiques de la curcumine semblaient dériver de sa capacité à freiner l'augmentation des niveaux cellulaires de peroxysome, un composant associé à l'utilisation de l'oxygène par les cellules.

Les chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA), ont indiqué que l'Inde a un des taux les plus faibles en ce qui concerne la maladie d'Alzheimer dans le monde : 1% d'individus à partir de 65 ans tandis qu'approximativement 10% d'Américains de plus de 65 ans développent la maladie d'Alzheimer et ils ont suggéré que le curcuma pourrait avoir un effet anti-Alzheimer. Les chercheurs d' UCLA ont conduit une expérience assez intéressante : des souris ont été génétiquement élevées pour développer la maladie d'Alzheimer puis ont été traitées avec plusieurs doses de curcumine. On a trouvé que des doses relativement faibles de curcumine ont diminué la maladie d'Alzheimer en détruisant les changements pathologiques dans les cerveaux chez 50% des souris. Les chercheurs ont conclu que la consommation de curcumine pourrait être une alternative pour aider à réduire l'incidence de la maladie d'Alzheimer. À suivre...

Le curcuma en cuisine

Le curcuma trouve aujourd'hui naturellement sa place dans une cuisine santé, riche en végétaux, en produits bio et complets. Pour apprécier pleinement les qualités du curcuma, sa couleur chaleureuse ainsi que sa saveur poivrée et musquée, partez à la découverte de ses multiples utilisations en cuisine : des sauces aux tartinades, des veloutés aux galettes de céréales, des infusions aux sorbets, le curcuma à partout sa place et pour le découvrir je vous recommande la lecture suivante  : Curcuma en cuisine par Garance Leureux.


Chantal Pineaux
Rédactrice du blog :

 

Commentaires