La nature reprend ses droits en ville

Par bioalaune publié le
3447 lectures

L’avenir des villes est vert. Jardins partagés, agriculture urbaine, réaménagement des toits... Les initiatives sont nombreuses pour végétaliser les espaces urbains.

La nature reprend ses droits en ville. L’idée générale est de transformer l’espace urbain en véritable écosystème, pour parfaire le cadre de vie, améliorer les échanges et la participation des habitants.

Jardins transportables

Bacsac est le fruit d'un trio de designers-paysagistes, acteur de ce changement. A première vue, le concept ne possède rien d’exceptionnel : un grand sac en toile pourvu de lanières sur les bords. Rempli de terre, ce sac cubique devient un mini-potager transportable. L’idée est de pouvoir monter son jardin n’importe où, en fonction de son humeur et de la place disponible.

Godefroy de Virieu, l’un des designers de Bacsac explique : « Au départ, j’avais une terrasse à aménager et des enfants à occuper. J’ai eu l’idée de planter dans des sacs faciles à aménager et peu coûteux. Ce qui m’intéresse en tant que designer, c’est d’aller au-delà de l’objet inerte, donner un usage qui a du sens, créer des histoires en fonction des gens. » Il s’est ensuite associé à deux de ses amis paysagistes, Virgile Desurmont et Louis de Fleurieu, pour analyser la circulation de l’eau, de l’air, la pousse des racines et mettre au point ces sacs dans plusieurs formats pour que chacun y trouve son intérêt. Le concept était né, le mouvement en marche.

Le rêve des associés est d’arriver à placer un potager dans chaque école. Ils sont convaincus que les jardins de pousses sont indispensables aux enfants, car ils les connectent à la nature dès le plus jeune âge, tout en les éduquant et les sensibilisant.

Depuis leur création, les bacsacs ont dépassé les espérances de leurs concepteurs pour incarner le début de la révolution du paysage urbain. En effet, ils incitent à la végétalisation des villes et à l’agriculture urbaine.

Nourriture à partager

L’association Incroyables Comestibles souhaite également faire de la ville, le nouveau rendez-vous des jardiniers. A l’origine pour lutter contre la vie cher, l’objectif du mouvement est d’arriver à faire pousser des légumes que chacun peut cultiver et récolter. Planter partout où c’est possible !

En soi, l’idée du potager en ville et de l’agriculture urbaine n’est pas une nouveauté, cependant elle a été massacrée par l’urbanisation massive. Les Incroyables Comestibles se répandent à grande vitesse aux quatre coins du monde pour une raison simple : la méthode marche et elle est simple !

Cette solution a commencé à être utilisée par nécessité dans les mégalopoles des pays du Sud, pour ensuite arrivé dans des grandes villes du Nord comme Montréal, New York ou Bruxelles. Notre capitale française est un peu à la traine en comptant « seulement » 300 hectares de terre cultivable, 64 jardins partagés et deux potagers sur toit.

Pensez-vous que de telles démarches sont à favoriser ?
Est-ce un signe vers la fin des villes polluées ?

 

Par Mathieu Doutreligne

 

Commentaires