La France peut-elle doubler ses surfaces agricoles Bio d'ici 2017 ?

Par bioalaune publié le
2532 lectures

 

 

Le ministère de l’Agriculture a présenté la semaine dernière son plan Ambition Bio 2017, qui vise à doubler les surfaces dédiées  à l’agriculture biologique dans l’hexagone d’ici 5 ans. Un objectif pas aussi facile qu'il en a l'air.

En 2007, la France consacrait 550 000 hectares à l’agriculture biologique, chiffre qui a quasiment doublé en 5 ans, puisqu’il atteignait 1 million en 2012. Un accroissement de taille, mais qui est jugé insuffisant par les pouvoirs publics : «  On devrait aller plus loin que ça » a déclaré mardi le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.  Et il suffit de regarder chez nos voisins européens pour le comprendre : alors que notre pays consacre 4% de ses terres cultivables au bio, l’Autriche y consacre 20%, la Suisse 12% et l’Italie 8%.

Le gouvernement s’est donc engagé à participer au développement du secteur de l’agriculture biologique, dans le but de préserver l’environnement et de développer des produits alimentaires plus sains. Même si le secteur du bio se porte bien, sa croissance a ralenti ces dernières années.

En effet, les agriculteurs sont de moins en moins nombreux à opter pour l’agriculture biologique : Ils étaient environ 4.000 en 2010 contre seulement un peu plus de 1.000 cette année. L’écart de prix entre produits bio et non bio se réduit de plus en plus, et certains agriculteurs ne voient plus l’intérêt de changer leurs méthodes de production pour un profit semblable. Le premier objectif du gouvernement est donc d’inciter les producteurs à se tourner vers ces méthodes de cultures en augmentant les aides à la conversion et au maintien de l’agriculture bio.

Autre constat, la consommation de produits issus de l’agriculture biologique reste relativement faible en France. Selon une étude réalisée par l’Agence bio, seul 8% des français consomment bio chaque jour, alors que 36% de la population déclare ne jamais en consommer. Une tendance que le gouvernement compte bien  inverser, puisqu’il s’est fixé l’objectif d’augmenter de 20% la part des produits bio proposés dans les menus des cantines gérées par l’Etat. Les restaurants scolaires sont les premières cibles d’Ambition Bio 2017, et cela devrait réjouir les parents, qui sont de plus en plus nombreux à réclamer l’introduction de produits bio à l’école.

Le plan lancé par le gouvernement implique aussi une meilleure structuration de la filière bio ainsi que le développement des outils de collecte, de stockage, de transformation et de commercialisation du bio. Le coût total du programme d’aides à la conversion et au maintien de la production bio s’élèvera  à 160 millions d’euros, aides gouvernementales et européennes confondues.

Ambitieuse initiative : l’objectif de 6% en  2012 n’ayant pas été atteint, il est légitime de s’interroger sur la réalisabilité de ce projet.  Dans un contexte de crise économique avec une problématique de réduction du déficit budgétaire, peut-on réellement envisager une telle allocation des ressources de la part du gouvernement en faveur de l’agriculture biologique ?

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

Rédaction : Justine Chrisment

 

Commentaires