La région parisienne veut multiplier par 3 les surfaces bio en trois ans

Par bioalaune publié le
464 lectures

PARIS (AFP) — La région Ile-de-France va présenter jeudi un plan de développement de l'agriculture biologique en Ile-de-France visant à multiplier par trois les surfaces bio en trois ans, a annoncé lundi son vice-président (Verts) chargé de l'environnement Michel Vampouille.

La région Ile-de-France ne compte que 84 structures certifiées en agriculture biologique, pour un marché de 12 millions de consommateurs et une consommation de produits bio en hausse de 10% par an depuis 10 ans en France.

Bien que "plus de 50% du territoire francilien soit agricole", il y a un problème d'offre foncière.

"Le marché du foncier agricole libre de bail est assez faible, de l'ordre de 500 hectares environ par an, alors que pour parvenir au triplement prévu par le Grenelle de l'environnement, il faudrait que 3 à 5.000 hectares par an soient convertis en agriculture biologique", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse.

"Rejointe enfin par l'Etat", la région a pour objectif de "multiplier au minimum par 10 pour 2020 les surfaces consacrées au bio".

Elle compte aussi poursuivre l'introduction de produits biologiques dans les cantines des lycées, un dispositif pilote étant en cours dans 25 établissements.

Les agriculteurs biologiques seront prioritaires dès qu'une opportunité foncière se présentera.

Un inventaire du foncier disponible va être réalisé et l'aide au maintien de l'agriculture biologique (700.000 euros à l'hectare en 2009) va être évaluée en concertation avec les exploitants.

Une filière lait sera organisée et des doctorats sur le bio financés.

Au total, plus de 3 millions d'euros par an seront consacrés à ce plan.

L'Etat va de son côté mobiliser les crédits inscrits dans le cadre du contrat de projets Etat-Région et ses services, en particulier ceux de la Direction régionale et interdépartementale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRIAAF) et des directions départementales de l'équipement et de l'agriculture (DDEA).

Il va financer à 100% la réalisation d'une étude de faisabilité pour les installations en agriculture biologique au sein de pôles maraîchers en Ile-de-France.

L'Etat va aussi aider à la conversion et au maintien des exploitations par le versement des aides nationales à la Conversion à l'agriculture biologique (CAB) et le doublement du crédit d'impôt (plafond à 4.000 euros/exploitation/an).

AFP - le 15 juin 2009

Commentaires