Les OGM Monsanto de nouveau autorisés en France

Par bioalaune publié le
2388 lectures

La nouvelle est tombée et fait froid dans le dos. Le Conseil d'Etat a annulé l'interdiction de cultiver le maïs transgénique MON801, suspendu à la culture en France en 2011. C'est une victoire pour la firme américaine Monsanto.

Hier, le Conseil d’Etat a décidé d’annuler l’interdiction de cultiver du maïs transgénique Monsanto en France. Cette décision s’appuie sur la législation de l’Union Européenne, qui n’autorise ce genre d’interdiction qu’en cas d’urgence et en présence d’une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l’environnement.

Malgré les nombreuses études mettant en évidence la nocivité des OGM, la Commission Européenne refuse d'appliquer le principe de précaution et préfère se ranger au côté des firmes comme Monsanto pour défendre leurs intérêt, qu’on sait purement financiers et potentiellement destructeurs. La levée de l’interdiction ne concerne qu’un seul type d’OGM, le maïs MON810, commercialisé par Monsanto, qui résiste aux attaques d’insectes ravageurs grâce à l’introduction dans son code génétique d’une toxine mortelle pour ces derniers.

Ce maïs génétiquement modifié serait aussi responsable de la diminution du nombre d’abeilles, véritable catastrophe pour l’ensemble de l’écosystème. Face à cette décision choquante, le ministre de l’Agriculture Stéphane LeFoll a laissé entendre que le gouvernement prendrait de nouvelles dispositions pour empêcher la culture de maïs OGM en France : “Le Conseil d’Etat n’est pas le décideur [...] il ne s’appuie que sur la base juridique pour dire si elle est valide ou pas”.

Scandalisées, de nombreuses associations écologistes réclament l'instauration d'une nouvelle législation “inattaquable”, afin que le risque de voir des cultures OGM se développer en France soit totalement enrayé. Elles ont aussi rappelé que les conséquences des OGM à long terme sur la santé humaine et l’environnement sont encore mal connues, et que le principe de précaution doit s’appliquer de façon automatique en matière de biotechnologie.

Cela dit, le manque de recul n’est pas un argument suffisant pour l’Union Européenne; qui tente d’introduire les cultures OGM dans plusieurs pays d’Europe, malgré l’interdiction formelle dans plusieurs d’entre eux (Autriche, Hongrie, Luxembourg, Grèce, Roumanie).

À l’heure actuelle, le maïs MON801 est le seul Organisme Génétiquement Modifié cultivé en Europe.Même si la France interdit la culture d’OGM sur son territoire, elle importe néamoins des produits génétiquement modifés destinés au secteur agroalimentaire et à l’alimentation des bêtes d’élevage.

Rédaction : Justine Chrisment

 

 

Commentaires