Faut-il craindre les crèmes solaires bio ?

Par bioalaune publié le
444 lectures

A la veille des vacances, plusieurs dermatologues ont mis en doute l'efficacité des crèmes solaires bio : elles ne protégeraient pas du soleil, contiendraient trop d'alcool, asséchant, et d'huiles essentielles, allergisantes... De quoi déconcerter les consommateurs attirés par les produits bio, qu'ils jugent meilleurs pour l'environnement et la santé. En effet, ils ne contiennent pas d'ingrédients issus de la pétrochimie ni de conservateurs de synthèse tels que les parabens, suspectés d'avoir des effets toxiques chroniques, et leurs produits actifs sont obtenus sans pesticides ni engrais. En guise d'excipients, par exemple, l'industrie bio utilise des cires d'abeille ou du beurre de karité plutôt que des cires de silicone.

Tout comme les produits conventionnels, les produits solaires bio doivent respecter les normes de composition et d'étiquetage imposées par une directive européenne sur les cosmétiques. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et la direction générale de la concurrence (DGCCRF), habilitées à vérifier, lors de contrôles a posteriori, qu'ils offrent bien la protection affichée sur les étiquettes, n'ont pas pour l'instant fait état de manquements conséquents.

"Nos indices sont calculés selon un protocole officiel qui prévoit les mêmes tests que pour les autres cosmétiques. Ceux qui disent que le bio ne protège pas sont payés par l'industrie cosmétique pour nous abattre car nous lui prenons des parts de marché !", proteste Thierry Logre, membre fondateur de Cosmebio, une association de professionnels qui regroupe 200 sociétés sur 800 en France. Le marché de la cosmétique bio connaît une croissance soutenue : il représentait 2 % de la cosmétique française en 2007 et 5 % en 2008, selon l'organisme Ecocert, agréé par le ministère de l'industrie, qui certifie 99 % des produits bio en France.

"C'est seulement pour ce qui concerne les éventuels effets indésirables qu'il existe des différences : les produits conventionnels et les produits bio ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients", estime Laurence Wittner, rédactrice en chef du site Observatoiredescosmétiques.com, qui conseille des produits tout en se disant indépendant des marques.

"MESURE DE PRÉCAUTION"

Les crèmes traditionnelles utilisent des filtres synthétiques qui absorbent les rayons solaires, mais qui peuvent être allergisants ou agir sur l'organisme comme des hormones. Les produits bio utilisent des écrans minéraux d'origine naturelle comme le dioxyde de titane et l'oxyde de zinc, qui réfléchissent la lumière et forment une barrière protectrice sans aucune toxicité. Seul inconvénient : lorsqu'ils sont réduits en poudre très fine (micronisés) ils laissent sur la peau un film blanc peu apprécié des consommateurs. Certains producteurs peuvent alors être tentés de les transformer en nanoparticules, dont on ne connaît pas bien les effets sur la santé ; ils ne sont pas obligés de le signaler pour l'instant. " Par mesure de précaution, Ecocert a interdit les nanoparticules en 2008", précise l'une de ses responsables, Valérie Lemaire.

"Les protections les plus efficaces viennent d'une association de filtres synthétiques et minéraux", estime Mme Wittner. Un avis que ne partage pas Didier Guérin, membre du conseil d'administration de Cosmed, une association professionnelle mixte. "Pour une même protection, cela coûte seulement moins cher de faire du mixte que du bio !," assure-t-il.

LE MONDE | 30.06.09 | 16h18 • Mis à jour le 30.06.09 | 20h00 
Hors série "60 millions de consommateurs spécial beauté", le guide des cosmétiques, 5,90 euros. - Rafaële Rivais

Commentaires