Un observatoire du photovoltaïque pour aider les agriculteurs à innover

Par bioalaune publié le
1254 lectures

WEINBOURG (Bas-Rhin) (AFP) — De plus en plus d'agriculteurs alsaciens sont tentés de diversifier leurs revenus grâce aux panneaux photovoltaïques: pour les y aider, la chambre d'agriculture a mis en place mardi un "observatoire régional" destiné à échanger leurs expériences.

"Il y a deux ans, personne n'en parlait, maintenant les projets foisonnent", constate Jean-Paul Bastian, président de la chambre régionale d'agriculture.

De fait, avec 300.000 m2 installés sur 250 projets (pour près de 3,5 millions d'euros d'investissement) et 150 autres en gestation, "les agriculteurs alsaciens sont les champions de France en photovoltaïque", souligne M. Bastian.

Négocié 60,176 centimes, le kilowattheure d'électricité photovoltaïque peut devenir une source non négligeable de revenus, malgré l'ampleur des investissements de départ: il faut souvent compter 14 à 15 ans pour les amortir.

Depuis deux mois, la région compte à Weinbourg (Bas-Rhin) la plus grande unité de production photovoltaïque intégrée à des bâtiments agricoles au monde: d'une capacité de 4,5 mégawatts, elle est en mesure de fournir de l'électricité à une commune de 4.000 habitants.

Son exploitant Jean-Luc Westphal entend produire sous ses 36.000 m2 de toiture photovoltaïque des "agro-pellets", carburants pour chaudières à base de biomasse, en marge de l'exploitation céréalière qu'il gère avec son frère Daniel.

D'autres chambres d'agriculture en France encouragent leurs adhérents à couvrir leurs bâtiments de panneaux solaires, à l'instar de celle de l'Ariège qui prend en charge l'ensemble des démarches administratives très lourdes que suppose ce type de projet, et gère leur installation dans le cadre de commandes groupées.

En Ariège, ce sont ainsi 55 projets de photovoltaïque agricole qui sont prévus en 2008, et 90 pour 2009. Mais à la différence du modèle ariégeois, le but de l'observatoire alsacien --une première en France selon ses promoteurs -- n'est pas de se substituer aux agriculteurs dans la conduite de leur projet.

Il s'agit avant tout de réaliser un inventaire comparatif des installations en activité et de leurs performances, et d'apporter conseils et aide aux agriculteurs tentés par l'initiative.

Christophe Scharrenberger, éleveur à Surbourg, entend lui aussi contribuer à l'observatoire, en livrant les données de l'unité photovoltaïque de 214 kilowatts qu'il a placée sur un bâtiment pour ses vaches et un hangar de stockage, dans le but de s'assurer "une meilleure retraite".

"Cela me permettra de savoir comment se situe notre installation par rapport à celles des autres. Ce sera aussi une banque de données pour les projets du futur", souligne l'agriculteur.

L'observatoire permettra de comparer les différentes techniques existantes sur le marché à l'aune de l'ensoleillement propre à la région.

Contrairement aux idées reçues, le photovoltaïque n'est d'ailleurs pas forcément plus performant dans le sud de la France qu'en Alsace, malgré un ensoleillement de 40% supérieur, souligne à ce propos Jean-Luc Westphal.

En effet, "plus le panneau solaire est chaud, moins il produit d'électricité. Quand le vent est froid et qu'il fait soleil, les performances sont supérieures à une chaude journée d'été".

Copyright © 2009 AFP De Yann OLLIVIER

Commentaires