Vous êtes ici

Alimentation

Les avantages de l’agriculture biodynamique

4 commentaires

Réagir

ImprimerImprimer

On pense souvent qu’agriculture biologique et agriculture bio dynamique sont synonymes. Or même si les objectifs partagés par ces deux agricultures sont proches, ils existent de réelles différences tant sur le plan pratique qu’idéologique.

La biodynamie, qu’est-ce que c’est ?

L’agriculture biodynamique prône le retour à une agriculture traditionnelle pour améliorer la qualité des aliments mais aussi pour garantir aux générations futures un sol d’une qualité suffisante à la production agricole.

Le sol est donc la composante principale de cette forme d’agriculture. Il faut savoir que le premier mètre de terre est la couche la plus riche du sol. Il contient une abondante faune microbiologique et son activité microbiologique est particulièrement abondante. En d’autres termes, il est riche en humus.

L’objectif de l’agriculture biodynamique est d’inverser la tendance actuellement privilégiée par l’agriculture traditionnelle, c’est à dire l’épandage massif de produits phytosanitaires (fongicides, herbicides et insecticides chimiques) qui détruisent les populations microscopiques nécessaire à l’agriculture.

Le “mouvement biodynamique” a débuté avec la conférence de Rudolph Steiner (1861-925) et la prise de conscience au moment de la Seconde guerre mondiale que l’utilisation massive de pesticides nuisaient à la qualité des aliments et de la terre. Cet anthroposophe avait dès 1924   fait remarquer les dangers de nourrir le bétail avec des farines animales, la crise de la vache folle lui a malheureusement donné raison quelques décennies plus tard…


Différences entre agriculture biologique et agriculture biodynamique

Jaen-Michel Florin, coordinateur et formateur pour le mouvement de culture bio-dynamique, résumait simplement : "l'agriculture conventionnelle tue la vie dans le sol. Le bio la maintient et la biodynamie stimule la vie."

Ces deux formes d’agricultures ont des points communs, du fait qu’elles n’utilisent aucune substance phytosanitaire pour lutter contre les insectes ravageurs et ainsi améliorer le rendement à moindre effort.

Cependant, les techniques alternatives varient d’une forme d’agriculture à l’autre. Par exemple, le cuivre est utilisé dans les limites de 15 kilogrammes par hectares pour 5 ans dans l’agriculture biodynamique, soit moitié moins que dans l’agriculture biologique. En effet , le cuivre détruit les populations de champignons du sol, ce qui entrave la qualité de la terre à long terme.

Même si les rythmes de la journée, de l’année et les cycle lunaires sont pris en compte dans l’agriculture biologique, ils n’occupent pas une place centrale comme c’est le cas dans  l’agriculture biodynamique.

L’agriculture biodynamique s’adresse à ceux qui souhaitent participer à la sauvegarde des surfaces et des techniques agricoles traditionnelles pour les léguer aux générations futures, afin qu’elles aussi puissent bénéficier d’une nourriture saine. Le label Demeter garantit une nourriture biologique et issu de l’agriculture biodynamique.

Rédaction : Justine Chrisment

Commentaires

Portrait de Muriel
On aura rarement lu un article aussi vide, bâclé et inexact. On attend toujours les "avantages pratiques de l'agriculture biodynamique" promis dans le titre.... Pour avoir une vraie explication de l' agriculture biodynamique, rdv sur la page wikipédia dédiée et complète : http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biodynamique Note : Rudolf Steiner n'était pas anthropoLOGUE mais anthropoSOPHE, de l'anthroposophie, mouvement de pensée et de spiritualité créé par Steiner lui-même....
Portrait de pphilippe
Bravo !!! bien dit ... les préoccupations des agriculteurs bio et des bioD sont absolument identiques . Les moyens et les approches seuls diffèrent.
Portrait de terre à terre
Pourquoi la plupart des articles traitant de la bio ou de la bioD disent, ou laissent sous entendre que ces deux modes d'agriculture n'utisent pas de produits phytopharmaceutiques pour lutter contre les insectes?Je site cet article " Ces deux formes d’agricultures ont des points communs, du fait qu’elles n’utilisent aucune substance phytosanitaire pour lutter contre les insectes ravageurs". Toutes les formes d'agriculture utilisent des insecticides, certains sont naturels, d'autres de synthèses. Ce doit être tabou de parler d'insecticide en bio..;
Portrait de Jos
L'article est un peu léger, et fait l'amalgame de tout sorte de choses, c'est vrai. Souvent il y a tendance à penser que l’agriculture biodynamique égale agriculture biologique + spiritualité, que la BD est au-delà de la Bio, comme est aussi suggéré dans l’article (par exemple: la BD stimule la vie ; la bio ne fait que « la maintenir »). Dommage. En effet : le fait d’être agriculteur bio n’exclue quand-même pas de rechercher de la spiritualité dans son activité, de stimuler la vie, de travailler avec tout son environnement, inclut le cosmos. Ce n’est pas un privilège de la BD, et certainement pas son monopole. Pour le détail : je suis agriculteur simplement bio, et entre autres : je n’utilise ni de cuivre, ni de souffre. ..

Réagir à cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré à postériori.