Manger gras favorise la dépression

Différents plats gras posés sur une table nappée
Manger gras favorise la dépression
Par Marie Albessard publié le
2693 lectures

On connaît les nombreux effets néfastes d'une alimentation grasse sur la santé (surpoids, maladies cardiovasculaires, etc...) mais celle-ci pourrait également avoir un effet néfaste sur notre cerveau. C'est en tous cas ce qu'une étude de l'Université de l'état de Louisiane (États-Unis) tend à démontrer.

Hamburgers, pizzas, sodas... On savait leur trop grande consommation source de nombreuses maladies : obésité, cholestérol, maladies cardiovasculaires... Mais un régime alimentaire trop gras aurait également des conséquences sur la santé de notre cerveau. Une étude américaine de l'Université de l'état de Louisiane (publiée dans la revue Biological Psychiatry) a récemment établi une corrélation entre une alimentation trop grasse et une modification du comportement, voire une dépression.

Anxiété, tocs et problèmes de mémoire

Pour mener leur étude, les scientifiques américains ont implanté la flore intestinale de souris obèses (suite à un régime alimentaire gras) à des souris saines. Le résultat ?

Les chercheurs ont observé un comportement modifié chez les souris saines : anxiété, tocs (troubles obsessionnels compulsifs), altérations de la mémoire... De plus, les chercheurs ont observé une inflammation du cerveau, associée à un comportement dépressif. Une mauvaise santé intestinale aurait donc un lien direct sur notre cerveau et ce, même chez des sujets ne souffrant pas d'obésité.

Les chercheurs américains réfléchissent à présent à l'éventualité d'utiliser du microbiome intestinal pour soigner des troubles neuropsychiatriques.

Surveiller son alimentation

Une précédente étude, menée par des chercheurs de l'Inserm de Montpellier et de l'University College London avait déjà mis en avant la nécessité d'améliorer la qualité de l'alimentation pour réduire la récurrence des épisodes dépressifs chez les femmes.

Enfin, d'autres études pointent du doigt des carences en Oméga 3 qui pourraient favoriser des épisodes dépressifs. Voici de bonnes raisons de plus de surveiller la qualité de notre alimentation. De nombreux conseils permettent de prévenir l'apparition d'épisodes dépressifs comme la pratique du sport, la consommation de chocolat noir ou de café.

Il conviendrait également de privilégier la consommation de produits frais et de céréales. Selon un dossier réalisé par l'INSERM en août 2014, près d'une personne sur cinq a souffert ou souffrira d'un épisode dépressif dans sa vie.

Commentaires