Dans un village indien, on plante 111 arbres à la naissance d’une petite fille

des indiennes plantent des arbres
Dans un village indien, on plante 111 arbres à la naissance d’une petite fille
Par Elodie Sillaro publié le
10198 lectures

Dans un village indien, on plante 111 arbres à la naissance d’une petite fille pour combattre les discriminations liées au sexe des enfants. Un véritable geste éco-féministe.

Il y a longtemps, les femmes qui attendaient une petite fille était rejetée par leur famille car la croyance voulait que le sexe féminin soit le sexe faible et qu’il mettait fin à l’héritage familial. Depuis, les femmes ont parcouru du chemin et ont démontré que, loin d’être relayé au second plan, le sexe féminin est tout aussi fort puisqu’il peut donner la vie. À Piplantri, un petit village indien, on plante désormais 111 arbres pour accueillir une petite fille qui vient de naître.

Des arbres pour les bébé filles

Dans un petit village indien du Radjasthan, à Piplantri, on vit l’arrivée d’un enfant comme une bénédiction. Depuis 2006, une célébration très spéciale s’y déroule à chaque naissance d’une petite fille comme. En effet, 111 arbres sont plantés dans le village.

Cette initiative éco-féministe fut mise en place pour combattre les problèmes liées au sexe des enfants, un problème qui sévit dans de nombreux pays asiatiques. La naissance d’une fille est mal perçue car elle est signifie la fin de l'héritage familial et rappelle une coutume, pourtant interdite mais ancrée dans les moeurs, qui consistait à marier et doter (faire un don à la famille de l’époux) leur fille.

Un geste pour l’environnement et l’économie locale

Pour mettre fin à ce système de pensées archaïques et patriarcales, les habitants de Piplantri ont décidé de célébrer comme il se doit la naissance des bébés filles. Cette tradition remplie de symbolique est aussi un geste pour l’environnement car les terres sont ainsi reboisées. Ces plantations transforment des terrains vagues en des lieux emplis de verdure. La plupart des arbres plantés produisent des fruits qui sont consommés ou revendus. Ils nourrissent ou font ainsi tourner l’économie du village.

Pour protéger les plantations et repousser les insectes nuisibles, les habitants ont eu l’idée de cultiver à proximité de l’Aloe vera. Les plantes sont aussi exploitées pour fabriquer des produits alimentaires et cosmétiques. Une production artisanale qui représente aujourd’hui une source importante de revenus pour certains.

Un acte symbolique, un soutien économique

Le message est symbolique: à la naissance d’une fille, on lui offre une forêt, un lieu magique où les plus belles histoires peuvent s’y dérouler. La forêt est aussi le symbole d’une quête initiatique, un lieu de transition vers un autre état dans lequel une petite fille deviendra femme.

Les arbres sont aussi symbole de vie et le message semble évident dans un pays où chaque année, environ 500 000 avortements ont lieu en raison du sexe du bébé. De ce fait, il y a une proportion élevée d’hommes dans le pays malgré les tentatives du gouvernement indien d’éviter les avortements en mettant en place des lois sur les techniques de diagnostic prénatal. Mais les traditions patriarcales pèsent encore lourdement.

En plus de ce geste symbolique, une collecte d’argent est menée dans le village à chaque naissance pour rassembler 31 000 roupies (soit environ 411€) et remise à la jeune fille à sa majorité, à 21 ans. Sur cette somme, 10 000 roupies sont versées par les parents contre la promesse d’offrir à leur fille l’avenir qu’elle mérite notamment en lui donnant accès à l’éducation et en s’engageant à ne pas la marier avant l’âge de 18 ans. Ils prévoient également de lui verser son dû à sa majorité et de prendre soin des arbres plantés en son nom.

© Piplantri

Commentaires