Fruits et légumes : certains labels verts induisent le consommateur en erreur dénoncent les associations

Par Elodie-Elsy Moreau publié le
2096 lectures

Dans une tribune publiée sur le site France Nature Environnement, 15 associations dénoncent la multiplication des labels verts sur les fruits et légumes. Selon les signataires, certains relèvent davantage du marketing que d’une réelle initiative environnementale.

Les labels éco-responsables poussent comme des champignons au rayon fruits et légumes. Et ce, au grand dam des associations qui alertent sur le flou autour de ces appellations. Le problème : elles induisent souvent le consommateur en erreur.
Dans une tribune publiée sur le site France Nature Environnement, 15 associations dénoncent la volonté bien plus marketing que l’engagement durable de certains labels.

"Nous sommes inquiets, la grande distribution qui semblait sincèrement travailler à la promotion des produits vertueux est en train de céder aux sirènes du marketing ! On voit de plus en plus de labels très peu sérieux qui créent de la confusion dans l’esprit des consommateurs", s’insurge Carmen Etcheverry, chargée de mission agriculture pour France Nature Environnement (FNE).

L’étiquette "zéro résidu de pesticides" : une fausse promesse ?

Attac France, Bio Consom'acteurs, Commerce Equitable France… les différentes associations pointent notamment du doigt l’étiquette "zéro résidu" de pesticides. Elles qualifient d’"inexact" cet affichage. Il ne répond "absolument pas aux enjeux globaux liés à la réduction de l’utilisation de ces molécules". Cela garantit uniquement qu’aucun des pesticides recherchés n’a été trouvé… et non pas qu’un aliment en est exempt. Or, pour le consommateur néophyte, la confusion est fréquente. D’autant plus que "les résultats d’analyse peuvent varier jusqu’à 50 % en fonction du laboratoire et des méthodes utilisées." Les signataires ajoutent que l’absence de trace une fois en rayon ne prouve pas que « les produits n’aient pas été aspergés quand ils étaient aux champs. Ils se retrouvent ainsi dans l’air, dans l’eau et mettent en danger la santé des agriculteurs, la santé des riverains et tout simplement, l'ensemble des écosystèmes".

Opter tant que possible pour l’agriculture bio ou l'agroécologie

Les associations appellent donc à la vigilance de chacun pour décrypter les étiquetages trompeurs. "Chaque consommateur peut agir en promouvant une agriculture véritablement durable : l'agriculture bio, qui n'utilise aucun pesticide de synthèse ou encore, l'agroécologie, qui réduit l'usage des pesticides et est maintenant reconnue par une certification environnementale officielle, la "Haute Valeur Environnementale"", indiquent les signataires.
Enfin, ces derniers interpellent les pouvoirs publics sur leur opacité.

"Après dix ans d’échec des politiques publiques de réduction des pesticides, nos associations demandent à ce que le gouvernement et la grande distribution prennent leurs responsabilités : en accompagnant les agriculteurs vers une réduction de leur usage des pesticides, mais aussi en s’engageant, envers les consommateurs, à ce que l’information (origine des produits, pesticides utilisés, etc.) soit transparente".

Source : Communiqué France Nature Environnement

Commentaires