Un bébé sur 100 naît avec un poids anormalement bas à cause de l'air pollué

bébé pesée naissance
L'impact de la pollution sur le poids de naissance des bébés
Par AFP/Relaxnews publié le
837 lectures

La pollution de l'air, néfaste pour le développement du fœtus, fait qu'environ un bébé sur 100 en France naît avec un poids anormalement bas, ont affirmé mardi des chercheurs de l'Inserm.

Les ravages de la pollution commencent dès la vie in utero. Une nouvelle étude de l’Inserm confirme que l’air pollué aurait une incidence directe sur la croissance du bébé. Sur les enfants nés en 2012, 2,3 % avaient un poids équivalant à moins de 2,5 kg à terme, "dont la moitié en raison de l'exposition de la mère pendant la grossesse aux particules atmosphériques", a indiqué dans un communiqué l'Institut national de la santé et de la recherche médicale. D'après les épidémiologistes, qui publient leur étude dans la revue Archives de pédiatrie, les particules fines ayant moins de 2,5 micromètres de diamètre ont une grave incidence sur les bébés. Si elles étaient au niveau trouvé dans la nature, "8.292 naissances d'enfants hypotrophes auraient pu être évitées" cette année-là, sur un total de 821.047.

Un faible poids qui peut peser lourd sur le développement des enfants…

Un poids insuffisant peut être à l'origine de handicaps pendant toute la vie. Il entraîne des troubles de l'apprentissage, et une plus forte prévalence de certaines maladies, cardiovasculaires notamment, ou encore de l'obésité, paradoxalement.

"Cette hypotrophie entraîne par la suite de nombreuses conséquences sur le développement avec, pour certains enfants, un important retard de développement intellectuel", a souligné l'Inserm.

… Et sur l’économie du pays

L'article dans la revue Archives de pédiatrie s'intéresse spécifiquement au coût pour la société. Il est estimé, tant ces handicaps sont lourds, à 25 millions d'euros par personne sur l'ensemble d'une vie. En multipliant par le total des naissances, les épidémiologistes concluent qu'il est de 1,2 milliard d'euros par an pour le pays. Cet argument économique, à lui seul, justifie de ne pas faire venir les femmes enceintes à leur travail si cela les expose à un air fortement pollué. Si on les indemnise, "le coût des salaires restera bien inférieur au coût de prise en charge d'un enfant avec retard durant l'ensemble de sa vie", ont avancé les auteurs.

Par ailleurs, "lors des pics de pollution, on ne propose pas aux enfants en bas âge (maternelles et crèches) de sortir. Il est raisonnable d'inviter les femmes enceintes à rester à leur domicile lors de ces pics", ont-ils ajouté.

Commentaires