Carences en vitamine D : les personnes en surpoids plus à risque

personne surpoids
Carences en vitamine D : les personnes en surpoids plus à risque
Par AFP/Relaxnews publié le
1998 lectures

De nouvelles recherches européennes ont montré que les individus qui affichaient plus de graisses abdominales, surtout les personnes déjà obèses, enregistraient des taux de vitamine D plus bas et seraient plus à risque de souffrir de carences en cette vitamine contribuant à la bonne santé de l'organisme.

Des recherches précédentes avaient mis en lumière que la masse graisseuse totale et celle concentrée dans la région abdominale étaient des facteurs de risque de carence en vitamine D, sans pour autant dire si un des deux types de masse graisseuse avait un effet plus important sur les niveaux de vitamine D. Pour en savoir plus, des chercheurs du VU University Medical Center et du Leiden University Medical Center (Pays Bas) se sont intéressés à des milliers de participants masculins et féminins, âgés de 45 à 65 ans. Leurs résultats ont été présentés au Congrès annuel de l'European Society of Endocrinology, ECE 2018, qui s'est tenu à Barcelone du 19 au 22 mai. 

Masse graisseuse et carences en vitamine D liées

Après avoir pris en compte l'âge, les maladies chroniques, la consommation d'alcool et de tabac ainsi que l'activité physique, les chercheurs ont trouvé que chez les femmes, à la fois les taux de masse graisseuse totale et abdominale étaient associés à des niveaux moindres de vitamine D, bien que la graisse abdominale avait un impact plus important.
Chez les hommes, seul un fort taux de graisse abdominale était associé à une carence en vitamine D, la masse graisseuse totale n'avait pas d'incidence. De plus, de forts taux de graisses au niveau du foie étaient associés à des carences en vitamine D chez l'homme mais pas chez la femme.

L'importance de surveiller les taux de vitamine D chez les personnes en surpoids

Les scientifiques ont par ailleurs trouvé, tant chez les sujets féminins que masculins, que plus la graisse abdominale était importante, plus les niveaux de vitamine D reculaient. Les résultats suggèrent qu'il est nécessaire de surveiller les taux de vitamine D des sujets, surtout lorsqu'ils sont en surpoids. Les carences en vitamine D peuvent entraîner des troubles osseux, un risque plus important de maladies respiratoires, de maladies auto-immunes et de maladies cardiovasculaires

"Bien que nous n'ayons pas mesuré les carences en vitamine D dans notre étude, la forte relation entre une importante masse graisseuse abdominale et un niveau moindre de vitamine D suggère que les personnes affichant un plus grand tour de taille enregistrent un risque plus important de développer des carences," avance Rachida Rafiq, co-auteur de cette étude.

Des études précédentes avaient déjà souligné un lien entre obésité et de faibles taux de vitamine D. Les chercheurs prévoient d'aller plus loin pour savoir si un manque en vitamine D prédispose les individus à stocker la graisse ou si d'importants taux de graisses entraînent une chute des taux de vitamine D dans le sang. 

 

Commentaires