Education : laissons nos enfants respirer… tant que possible !

Mère et son enfant qui jouent
Education : les parents hélicoptères nuisent au développement de leur enfant
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
1258 lectures

S’il n’existe pas de mode d’emploi parfait pour éduquer les enfants, une nouvelle étude révèle que les comportements des parents hélicoptères, autrement dit dans le contrôle permanent et excessif, peuvent nuire au développement et à l’épanouissement de leur progéniture.

C’est naturel. Tout parent s’inquiète pour la sécurité et le bien-être de son enfant. Mais attention à ne pas tomber dans l’excès, même si, il est vrai, cela est plus simple en théorie qu’en pratique. Une nouvelle étude publiée dans la revue Developmental Psychology alerte sur la contre-productivité des comportements trop protecteurs, adoptés par les parents qualifiés d’"hélicoptères" par les spécialistes. Ces derniers sont dans contrôle parental excessif et ne laissent pas d’espace à l’enfant d’apprendre et de grandir sans eux. Résultat : ces bambins auraient plus de difficultés à gérer leurs émotions.

"Notre recherche a montré que les enfants ayant des parents hélicoptères sont moins capables de faire face aux exigences difficiles en grandissant, en particulier dans l'environnement scolaire complexe", a déclaré Nicole B. Perry, PhD, de l'Université du Minnesota et auteure principale de l'étude.  

Des problèmes comportementaux handicapants

"Les enfants qui ne peuvent pas réguler efficacement leurs émotions et leur comportement sont plus susceptibles de mal agir en classe, d'avoir des difficultés à se faire des amis et de rencontrer des soucis à l'école. Les enfants comptent sur leurs référents éducatifs pour les guider et comprendre leurs émotions. Ils ont besoin de parents qui sont sensibles à leurs besoins, qui reconnaissent quand ils sont capables de gérer une situation et qui les guideront lorsque les situations émotionnelles deviennent trop difficiles", indique la chercheuse. Selon elle, la gestion des émotions et du comportement sont des compétences fondamentales que tous les enfants ont besoin d'apprendre. Or, le contrôle excessif des parents a tendance à limiter ces opportunités.

Pour dresser ce constat, les chercheurs ont suivi 422 enfants durant huit ans. Ces derniers ont été évalués à l'âge de 2, 5 et 10 ans. Les jeunes participants étaient issus de milieux socio-économiques divers. Les données ont été recueillies à partir des observations des interactions parent-enfant, des réponses déclarées par les enseignants et des auto-évaluations des élèves à l’âge de 10 ans. Durant les phases d’observation, les scientifiques demandaient aux familles de jouer comme elles le feraient chez elles. Ont été inclus dans la catégorie "parents hélicoptères", ceux qui guidaient constamment leur enfant en lui disant avec quoi jouer, comment utiliser un jouet, comment nettoyer après la récréation, et ceux étant trop stricts ou exigeants, explique Nicole B. Perry.

"Les enfants ont réagi de diverses façons, certains sont devenus insolents, d'autres ont été apathiques et certains ont manifesté de la frustration", décrit-elle.

Les  enfants de 5 ans dont les parents prenaient trop les devants, et contrôlaient leurs faits et gestes à l’âge de 2 ans, présentaient une régulation émotionnelle et comportementale plus pauvre. Au contraire, les chercheurs ont remarqué que plus la régulation émotionnelle des enfants était importante à l'âge de 5 ans, moins ils rencontraient de problèmes émotionnels, d’aptitudes sociales à l'âge de 10 ans. Ils étaient également plus productifs à l'école.

Eduquer aussi les parents ?

"Les enfants plus aptes à se calmer efficacement dans des situations pénibles et de se comporter de façon appropriée ont eu plus de facilité à s'adapter aux exigences de plus en plus difficiles des milieux scolaires préadolescents", déclare la scientifique. Selon elle, ces résultats, "soulignent l'importance d'éduquer des parents sur le soutien de l'autonomie des enfants face à des défis émotionnels."

Néanmoins elle est formelle : "notre travail ne suggère aucunement que les parents ne devraient pas jouer un rôle importantCependant, il est essentiel que les parents apprécient l’importance de soutenir l'autonomie des enfants et leur capacité à gérer les défis émotionnels".

Les chercheurs recommandent notamment aux parents d’aider leurs enfants à apprendre à contrôler leurs émotions en les questionnant sur leur ressenti, à comprendre l’origine de leur colère par exemple. Autre conseil : permettre aux petits d'identifier des stratégies d'adaptation positives, comme respirer profondément, écouter de la musique, colorier ou se retirer dans un endroit calme.

 

Source : American Psychological Association

Commentaires