Tribune contre les médecines alternatives : les homéopathes contre-attaquent

remèdes homéopathiques
Tribune contre les médecines alternatives : les homéopathes contre-attaquent
Par Cécilia Ouibrahim publié le
1389 lectures

Alors qu’en juin dernier, l'Ordre des médecins avait pris ses distances avec l'homéopathie qu'il rangeait dans les pratiques "non éprouvées" par la science, les homéopathes défendent leur spécialité et portent plainte pour “non-confraternité” contre les médecins qui s’y étaient opposés.

Tout a commencé le 18 mars dernier. Depuis la parution dans le Figaro d’une tribune de 124 médecins anti-homéopathie, les débats sur cette pratique agitent la communauté médicale. En plus de leur volonté de cesser le remboursement des médecines alternatives, les praticiens plaident pour que l’homéopathie ne soit pas le premier remède proposé. La “guéguerre” a alors été déclarée selon Libération. Mais les homéopathes n’ont pas dit leur dernier mot. Vendredi 27 juillet, ils ont annoncé avoir déposé des plaintes disciplinaires contre les signataires de la tribune devant l’Ordre des médecins

Des plaintes qui condamnent un texte “non-confraternel”

Chefs de services d’urgences, généralistes, spécialistes… au total, 124 médecins ont signé la tribune. Ils comparaient les homéopathes à des "charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l'efficacité illusoire". En réponse à ces attaques, Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes français, a annoncé à l’AFP des dépôts de plaintes pour non-confraternité, non-respect du code de déontologie, étant donné qu'ils ne veulent plus reconnaître notre titre de médecins”. Selon lui, la virulence des propos tenus dans la tribune imposait de saisir des instances disciplinaires. "Les propos de nos confrères sont tout à fait clairs, tout comme le code de déontologie est clair. Je ne vois pas où il peut y avoir une conciliation", a-t-il expliqué. "C'est à l'Ordre ‘des médecins’ (ndlr) de juger si cette attitude mérite des sanctions, et quelles sanctions". Une réunion de conciliation entre les différentes parties s’est alors tenue lundi 30 juillet.

Une impossible réconciliation ? 

Chaque plainte a été déposée devant le conseil départemental de l’Ordre où les médecins visés exercent. Sur Twitter, plusieurs d’entre eux ont signalé les avoir reçues et confirment leur opposition aux médecines alternatives. 
Si l’Ordre des médecins ne reconnaît pas l’homéopathie, il ne s’est cependant pas prononcé sur son efficacité. Son vice-président, Jacques Lucas, avait déclaré en juin, lors d’une conférence de presse, que “le médecin homéopathe, ça n’existe pas”. 
Le président de la section éthique et déontologie du Conseil national de l’ordre a assuré au Parisien que ce n’était pas “à l’ordre de dire si l’homéopathie est efficace ou pas". La mention "homéopathie" demeure cependant autorisée sur la plaque d'un médecin.
La solution ? "Peut-être simplement l'homéopathie pourrait-elle rentrer dans le droit commun, d'être évaluée. (...) Si elle est inutile, elle arrêtera" d'être remboursée, avait déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Affaire à suivre...

Chargement...

Commentaires