Braderie de Lille 2018 : des tonnes de coquilles de moules transformées en carrelage

moules braderie de Lille
Braderie de Lille 2018 : des tonnes de coquilles de moules transformées en carrelage
Par Cécilia Ouibrahim publié le
6172 lectures

Avec la nouvelle édition de la braderie de Lille, les piles de coquilles de moules font leur grand retour. Mais pour la première fois de l’histoire, les coquilles vides connaîtront un autre destin. Au lieu de finir à la décharge, elles seront recyclées et transformées en carrelage made in Roubaix.

Avec plus de 8000 exposants d’antiquités et des centaines de tonnes de moules-frites servies au 2 millions de chineurs, la Braderie de Lille est l’un des événements incontournables de la ville. Clou du spectacle, cette année l’écologie est aussi de la partie !

Une initiative écolo mais coûteuse

Des amoncellement de moules jalonnent les rues de Lille lors de la plus grande braderie d’Europe. Mais cette année, pas question de laisser les coquilles vides sur le carreau. La municipalité prévoit de les transformer en dalles de carrelage. Une démarche écolo soutenue par l’entreprise nordiste EtNISI qui sera chargée de recycler les coquilles.

Cette société lilloise est spécialisée dans la fabrication de revêtements de sol et muraux à base de matières premières recyclées. Le fondateur de la start up, Espérance Fenzy, appelle les restaurants à faire le tri en amont : "La mairie va former les restaurateurs pour avoir un gisement le plus pur possible, avec le moins de couverts en plastiques et le moins de lingettes rinces-doigts mélangées aux coquilles." Bémol : nettoyer les coquilles demande un temps précieux à certains restaurateurs. Laurent, patron d’un restaurant à lillois dénonce une initiative coûteuse : "Pour que ce tas de moule soit propre, on payait du personnel pour retirer les frites, les plastiques et les papiers. Ça va être difficile de refaire le même principe parce qu'on va devoir repayer du personnel supplémentaire."

"Les tas de moules appartiennent au patrimoine de la Braderie de Lille”, affirme la ville dans un communiqué. Cette initiative serait le moyen idéal de “relancer cette tradition qui s'est estompée” et de renforcer la candidature de Lille au label de “capitale verte européenne”.

Une tonne de coquilles pour 100 mètres carrés de carrelage

En espérant que les restaurateurs puissent nettoyer les coquilles, la ville prévoit de les récolter avec un camion aspirateur de dix mètres cubes. Leur destination ? Le site de production de la société EtNISI où les petites carapaces seront lavées puis broyées. Espérance Fenzy prévoit “80 % de matières recyclées”. Pour ce faire, les coquilles écrasées seront compressées “avec un autre déchet local (du calcaire) avant de le faire cuire à moins de cent degrés.” Résultat : des dalles de carrelage noires aux reflets violacés.
Au total, près de 200 tonnes de coquilles seront recyclées, ce qui représente une production de 200 mètres carré de carrelage. Si le carreau est plus fin (environ 10 millimètres), il demeure “aussi résistant que les autres”. Le mètre carré sera vendu entre 45 et 50 euros à partir du mois d’octobre prochain. Un prix raisonnable selon le patron de l’entreprise et un souvenir original de la braderie.

Commentaires