Le congé maternité des exploitantes agricoles et des indépendantes bientôt allongé

agricultrice enceinte
Le congé maternité des exploitantes agricoles et des indépendantes bientôt allongé
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
1797 lectures

Le Premier ministre l’a annoncé ce jeudi matin au micro de France Inter : le congé maternité des travailleuses indépendantes et des exploitantes agricoles va être allongé.

C’est une bonne nouvelle pour les agricultrices ! Invité de France Inter ce jeudi 20 septembre, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé que le congé maternité des travailleuses indépendantes et des exploitantes agricoles va être allongé, précisant dans le même temps qu’un renforcement du congé paternité serait étudié dans un second temps. "On va commencer à bouger sur le congé maternité (...) pour faire en sorte d'améliorer la situation", notamment des exploitantes agricoles et des travailleuses indépendantes, a-t-il déclaré.

Un congé maternité unique ?

Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, cette nouvelle mesure devrait figurer dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2019 qui sera présenté mardi prochain. Pour rappel, durant la campagne présidentielle, le président s'était engagé à créer un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes, quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée…) pour ne pas désavantager certaines jeunes mamans.

Combien de jours pour les agricultrices et les indépendantes ?

Concrètement, la durée minimale d'arrêt sera fixée à huit semaines pour toutes les femmes - deux semaines avant la naissance et six semaines ensuite, souligne le Premier ministre. Comme les salariées, le congé maternité des indépendantes sera porté à 16 semaines. Au total, ces dernières bénéficieront de 38 jours de congé supplémentaires.

"Nous harmoniserons les congés en conservant toutefois des spécificités, car à chaque profession des besoins particuliers", indique Edouard Philippe.

"Pour l’agricultrice, celui de continuer à faire tourner son exploitation en son absence. Pour l’indépendante, celui de ne pas cesser trop longtemps toute activité. Cela sera débattu au Parlement." Affaire à suivre donc.

Source(s):
Commentaires