Découvrez le premier test de grossesse biodégradable

test de grossesse
Le premier test de grossesse biodégradable
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
537 lectures

C’est l’idée green qui fait parler d’elle cette semaine. Deux américaines ont créé un nouveau test de grossesse à jeter dans la cuvette des toilettes ou à mettre au compost.

A l’instar des rasoirs jetables, les tests de grossesse font partie des produits à la durée de vie très éphémère, non recyclés. Si par exemple, depuis 2010, la marque BIC a mis en place un programme de recyclage incitant les utilisateurs à leur retourner leurs rasoirs en plastique, la question restait en suspens pour les tests de grossesse. Or, si un test suffit pour certaines femmes, d’autres peuvent être amenées à en faire régulièrement. Rien qu'en France, chaque année, environ 3 millions d'unités sont vendues. Et aussitôt le résultat dévoilé, ils finissent à la poubelle, constituant une masse de déchets, d'autant plus importante à l'échelle internationale. Mais ce temps semble révolu. Deux américaines, à la tête de la société Lia Diagnostic, ont créé un modèle entièrement biodégradable.

 

Un test positif pour la planète !

"Cela fait plus de trente ans qu’il n’y a pas eu de véritable innovation dans les tests de grossesse, explique Bethany Edwards, cofondatrice et PDG de Lia, au magazine d’affaires américain Fast Company. La plus grande nouveauté a été l’ajout d’un écran électronique et d’une mini-batterie, ce qui a augmenté les déchets… ", précise-t-elle. Une évolution qui n’a fait qu’augmenter son impact environnemental.
Conscientes de cette problématique, Bethany Edwards et son associée, Anna Couturier-Simpson, qui ont étudié à l’université de Pennsylvanie, ont réfléchi à la conception d’un test répondant aux besoins de femmes sans polluer la planète.
Dès 2015, elles imaginent un produit fabriqué avec une fibre semblable à celle de la majorité des papiers toilette. Après quatre ans de travail acharné, les deux créatrices ont mis au point Lia. Le secret de cette innovation : ses fibres à base de protéines, de plantes et de minéraux se biodégradent intégralement au bout de dix semaines. Une fois utilisé, le test pourra être mis dans la cuvette des toilettes ou servir pour le compost. Au total, six carrés de papier hygiénique à trois épaisseurs sont nécessaires pour fabriquer ce test de grossesse, le tout sans colle.
Comme pour un modèle classique, c’est le taux d’HCG (hormone chorionique gonadotrope) qui est évalué. La femme doit uriner dessus et patiente quelques minutes pour avoir le résultat. Deux barres apparaissent si elle est enceinte, une seule si le test est négatif. Un résultat fiable à 99 % dès le premier jour de retard des règles selon les conceptrices.

En plus d’être écolo-friendly, Lia respecte l’intimité des femmes, qui peuvent effectuer leur test de grossesse en toute discrétion chez elle ou à l’extérieur, sans s’inquiéter de laisser derrière elle le moindre signe.

En vente dès cet hiver

En avril dernier, les fondatrices de Lia Diagnostic ont reçu le prix Fast Company 2018 des "idées qui changent le monde", dans la catégorie santé. Par ailleurs, en novembre, leur  société, basée à Philadelphie a collecté 2,6 millions de dollars de fonds de capital-investissement. Un mois plus tard, la Food and Drug Administration (administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) a approuvé la mise sur le marché du test. 
Pour l’heure, ce produit n’est pas encore disponible. Mais les deux créatrices soulignent que les consommatrices pourront se le procurer au courant de cet hiver sur Internet et dans certains points de vente aux États-Unis, "au même prix que les autres tests de grossesse ". Encore une bonne raison de se tourner vers cette option écoresponsable pour ce moment important, voire fatidique.  

Pour poursuivre leur engagement, Bethany Edwards et Anna Couturier-Simpson envisagent de développer de nouveaux tests de diagnostic à domicile pour l’ovulation et les infections des voies urinaires, qui seront, eux aussi, écologiques.

 

Photo : Lia Diagnostic

Source(s):
Commentaires