Mise en place d’une police verte pour protéger l’environnement

Mise en place d’une police verte pour protéger l’environnement
Mise en place d’une police verte pour protéger l’environnement
Par Cécilia Ouibrahim publié le
802 lectures

Une police dédiée à la protection de la planète vient d’être créée dans les Hauts-de-Seine.

Les forces de l’ordre protègent aussi l’environnement ! A partir du 1er mars, certaines villes des Hauts-de-Seine pourront bénéficier d’une police spécialement dédiée à l’environnement. A l’origine de ce dispositif inédit, le territoire Grand Paris Seine Ouest (GPSO) a formé une police verte, composée de motards, de gardes champêtres ainsi que de cavaliers de la police nationale et de la Garde Républicaine. 
Boulogne-Billancourt, Chaville, Issy-les-Moulineaux, Marnes-la-Coquette, Meudon, Sèvres, Vanves ou encore Ville-d’Avray, au total, huit communes ont fait le choix de sensibiliser les citoyens et de protéger leur environnement. 

Sensibiliser puis réprimer face aux incivilités

Face à “la montée des incivilités”, les mairies des communes ont mis en place des “missions de sensibilisation auprès des riverains”, explique la ville de Meudon. Si au préalable, les agents de l’ordre entameront des campagnes de prévention, ils devront également réprimer certains comportements dans le cadre de patrouilles quotidiennes. “Ce dispositif a une double vocation : se spécialiser dans la surveillance des espaces verts puis dans la répression des incivilités qui altèrent la vie quotidienne de nos concitoyens”, argue Pierre-Christophe Baguet, président du GPSO et maire de Boulogne-Billancourt. Malgré la mise en place de divers dispositifs de collecte de déchets, le GPSO déplore que les incivilités coûtent 4 millions d’euros par an. Des comportements qui seront désormais sanctionnés à hauteur de 450 euros d'amende.

Autre spécificité du projet : les patrouilles seront composées d’une unité équestre des forces de l’ordre. “A cheval, vous avez une vision beaucoup plus lointaine pour surprendre les délinquants c’est beaucoup plus efficace. Il y a également un côté ludique pour les enfants qui vont eux-mêmes sensibiliser les parents. On croit beaucoup à la vertu du cheval pour remettre les délinquants à leur place”, explique Pierre-Christophe Baguet, dont le régiment assure 400 patrouilles à Paris (Louvre, Cité, Montmartre) ainsi que dans les bois de Boulogne et à Vincennes.
Inscrit dans le plan climat mis en place par le gouvernement, le dispositif sera, pour l’heure, en phase en test pendant un an. 

 

Commentaires