La DGCCRF alerte sur les graines de pavot qui peuvent contenir trop de morphine

pain
La DGCCRF alerte sur les graines de pavot qui peuvent contenir trop de morphine
Par AFP/Relaxnews publié le
4336 lectures

La direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) et la direction générale de la santé recommandent d'éviter de manger trop de pain aux graines de pavot, qui peuvent contenir des teneurs élevées en morphine et codéine, vendredi 1er mars dans un communiqué commun.

Les graines de pavot sont utilisés dans les boulangeries pour la confection de certains pains, sandwichs ou même pour les pâtisseries. Les pavots, les plantes dont sont issues les graines, contiennent presque tous des alcaloïdes. Ces molécules contiennent différentes propriétés médicinales ou psychotropes et qui peuvent aussi présenter une toxicité importante.

Origine de la contamination encore inconnue

Les autorités sanitaires ont été informées par le Centre Antipoison de Paris que des personnes ayant consommé des pains aux graines de pavot présentaient "des taux anormalement élevés d'alcaloïdes (morphine et codéine) dans leurs urines".

 

L'analyse des graines des produits consommés a confirmé la teneur élevée en alcaloïdes, et les autorités enquêtent "pour identifier l'origine de cette contamination et déterminer si des produits actuellement commercialisés sont concernés".

Limiter la consommation de ces graines

En attendant les résultats, la DGCCRF recommande d'éviter les graines de pavot en "quantités significatives", notamment avant de conduire (ou toute autre activité requérant de la concentration) ou chez les populations à risque (femmes enceintes ou allaitantes, enfants, personnes ayant un risque de rétention urinaire et personnes à risque respiratoire).

La consommation d'aliments contenant de telles teneurs en alcaloïdes peut entraîner des symptômes de type "somnolence, confusion, fatigue, rougeur du visage, démangeaisons, bouche sèche, nausées, vomissements, constipation, rétention d'urine", détaille le communiqué.

La DGCCRF souligne que : "En l'absence de symptômes dans les heures qui suivent la consommation des produits concernés, il  est inutile de s'inquiéter et de consulter un médecin."

La codéine et la morphine, issue du pavot, sont utilisées dans des médicaments dits opioïdes, notamment pour leurs propriétés analgésiques.

Source(s):
Commentaires