Un apport trop élevé en oméga 6 peut s'avérer dangereux pendant la grossesse

Huile végétale
Un apport trop élevé en oméga 6 peut s'avérer dangereux pendant la grossesse
Par AFP/Relaxnews publié le
698 lectures

Un apport quotidien d'acide linoléique trois fois plus élevé que les doses recommandées pourrait s'avérer nocif pour la femme enceinte, alertent des scientifiques australiens.

Huiles végétales, graines, céréales. Les oméga 6 sont fréquents dans nos assiettes. Connu pour favoriser la fertilité, l'acide linoléique contenu dans les oméga 6 peut toutefois favoriser l'inflammation et être associé à un risque accru de maladie cardiaque chez la femme enceinte lorsqu'il est consommé en trop grande quantité.
Cette affirmation est présentée dans une étude parue dans le Journal of Physiology montrant qu'un régime alimentaire contenant trois fois l'apport quotidien recommandé d'acide linoléique pourrait être nocif pendant la grossesse. 

Pour parvenir à ces conclusions, une équipe de chercheurs et de chercheuses de l'université Griffith (Australie) a nourri des rats pendant 10 semaines avec un régime riche en acide linoléique (6,21 % de l'apport énergétique quotidien) ou faible (1,44 % de l'énergie). Les rats ont ensuite été accouplés afin d'étudier les effets du régime sur la gestation des femelles et le développement des foetus.

Altération de protéines

Résultats : les foies des rats en gestation présentaient des taux de concentration plus élevés de protéines pro-inflammatoires. La leptine, hormone qui régule les réserves de graisse dans l'organisme, a également été altérée chez les rats nourris à de fortes doses d'oméga 6, qui présentaient un taux de cholestérol plus élevé que les autres rongeurs. Enfin, les femelles généreusement alimentées en acide linoléique ont eu un nombre réduit de bébés rats.

Le poids corporel et le poids des organes de la mère et du fœtus n'ont en revanche pas été affectés par une consommation élevée d'acide linoléique, indique l'étude. Si les effets d'un taux élevé d'acide linoléique sont les mêmes chez les rats et chez les humains, cela suggère que les femmes en âge de procréer devraient envisager de réduire la quantité d'acide linoléique dans leur alimentation, en concluent les scientifiques. 

"Il est important pour les femmes enceintes de tenir compte de leur régime alimentaire, et notre recherche est un autre exemple du fait qu'une consommation excessive d'un certain type de nutriment peut avoir un impact négatif sur la croissance du bébé", souligne Deanne Skinny, médecin et autrice principale de l'étude, dans un communiqué. 

Photo : © AlexPro9500 / Istock.com

 

Commentaires