Quand le village le plus écolo de France est envahi par les demandes d’installations

Quand le village le plus écolo de France est envahi par les demandes d’installations
Quand le village le plus écolo de France est envahi par les demandes d’installations
Par Cécilia Ouibrahim publié le
11612 lectures

Alimentation bio, zéro déchet, initiatives anti-gaspi, interdiction des pesticides, maisons écologiques… le village de Langouët, en Bretagne, a su se démarquer par son combat pour la planète.

Le 15 juin dernier, France 2 a consacré son magazine "13h15 le samedi" au village le plus écologique de France. Situé au nord de Rennes, la commune de Langouët, a su séduire les plus soucieux de l’environnement. Le village de 600 habitants est envahi par les demandes d’installations. 

Plus de 300 demandes par semaine 

Sur l’extrait du reportage de France 2, les habitants, accompagnés du maire, participent à l'aménagement d'un potager communal dédié à la culture de primeurs locaux. De nombreux résidents indiquent avoir banni pesticides et énergies fossiles, et se vantent de la cantine 100 % bio de l’école. Des logements sociaux écolo ont également été construits et une micro-ferme de 8 000 mètres carrés vient d’ouvrir ses portes. L’objectif : atteindre une autonomie alimentaire locale. “Pour manger, nous devons aller au supermarché. Nous ne savons plus cultiver, récolter, anticiper. A la moindre crise sévère, les gens seront affamés en quelques jours. Et ce n’est pas la veille que vous cultivez vos radis ou vos poireaux. Donc, il faut anticiper”, explique Daniel Cueff, maire de Langouët. Ancien chef de mission humanitaire, l’homme politique a “côtoyé la misère et réfléchi aux dangers qui menacent”, décrit France Télévisions.

Depuis que l’écologie est au centre de ses préoccupations, le village vert croule sous les demandes d’installations. Le maire sans étiquette a révélé aux équipes de France Télévisions qu’il recevait plus de 300 requêtes de déménagement par semaine. Mais Langouët ne pourra pas accueillir tout le monde, surtout s’il veut rester le plus écologique possible. “Chaque ville de France sera amenée à créer les moyens d’une autonomie alimentaire locale en cas de difficultés”, conclut Daniel Cueff. Espérons que cet objectif écolo s’étende à toutes les villes françaises.

Commentaires