Médecine : bientôt des prothèses à base de plantes biodégradables ?

bloc opératoire
Médecine : bientôt des prothèses à base de plantes biodégradables ?
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
341 lectures

En Russie, des chercheurs se penchent sur l’élaboration d’implants biodégradables à base de plantes. Des dispositifs médicaux qui pourraient surtout servir aux jeunes patients. Explications.

Du nouveau dans le monde chirurgical. L’Université fédérale de Kazan, en Russie, a récemment présenté sur son site ses travaux autour d’un dispositif prothétique biodégradable. Il s’agit d’implants issus de plantes. Une information relayée par le site médical Santelog.

Ces matériaux, provenant de pomme de terre et de maïs et faisant office de nutriments aux tissus remplacés, pourraient être absorbés progressivement par les tissus du patient. Cette technique particulière, destinée à des pathologies spécifiques comme le traitement de la sclérose en plaques, des anévrismes et de diverses pathologies des vaisseaux sanguins, s’adresserait surtout aux enfants.

Eviter les opérations répétées chez les petits

Comme l’explique l’auteur principal de cette étude, le chirurgien Vyacheslav Averyanov, "un enfant grandit, mais la prothèse ne peut pas grandir avec lui. Il a alors besoin d’interventions chirurgicales répétées. Et c'est ce qui m’a poussé à développer cette solution".

Après des premiers essais en 2012 réalisés par un professeur, une nouvelle équipe de chercheurs a réalisé de nouveaux tests sur une douzaine de rats. Et les résultats obtenus sont plutôt positifs. "Cela est d'autant plus important pour nos petits patients qui deviennent les otages d'interventions chirurgicales répétées, car les prothèses artificielles ne sont pas capables d'une croissance naturelle", souligne le chef du département de cardiologie de la clinique universitaire Daniyar Khaziakhmetov. Ces implants nouvelle génération à base de plantes et biodégradables favorisent en effet la régénération tissulaire.  Une alternative prometteuse pour remplacer les actuelles prothèses artificielles. Affaire à suivre...

Source(s):
Commentaires