L’aéroport de San Francisco interdit les bouteilles d'eau en plastique

L’aéroport de San Francisco interdit les bouteilles d'eau en plastique
aéroport San Francisco
© JHVEPhoto /istock.com
Par AFP/Relaxnews publié le
668 lectures

La Californie est connue pour ses actions en faveur de l’environnement. San Francisco, situé au Nord de l’Etat américain, franchit un nouveau cap cet été. A compter du 20 août prochain, les passagers au départ ou en transit à l'aéroport de San Francisco ne pourront plus acheter de bouteilles d'eau en plastique.

Une gourde sinon rien ! Dès la semaine prochaine, les voyageurs passant par l'aéroport de San Francisco ne pourront plus acheter de bouteilles d’eau en plastique. Les commerces n'auront, en effet, plus le droit d'en vendre. Cette décision s'inscrit dans le cadre d'un vaste projet afin que l'aéroport devienne sans déchet d'ici 2021.

A la place, les passagers pourront acheter de l'eau, conditionnée dans des bouteilles en verre, en aluminium recyclé ou fabriquées avec des matériaux compostables. Par ailleurs, une centaine de fontaines sera aussi mise à disposition pour remplir leurs gourdes. Seul hic, pour l’heure, cette décision ne concerne que l’eau. En effet, les restaurants et magasins continueront de commercialiser des sodas et des jus de fruits, vendus dans des contenants en plastique. 

Pas pour les sodas et jus de fruits

L'aéroport de San Francisco n'en est pas à son coup d'essai en matière d'environnement. En mars dernier, afin de réduire son impact carbone,  la vente d'objets alimentaires à usage unique comme les couverts et les gobelets a été interdite. 

En Europe, le secteur aérien tente également de multiplier les actions vertes. En juin dernier, Air France a officialisé la suppression de 210 millions d'objets à usage unique d'ici la fin de l'année. En début d’année, la compagnie aérienne portugaise Hi Fly a, de son côté, testé des vols sans aucun plastique à usage unique sur quatre vols entre le Portugal et le Brésil. Une initiative qui devrait être généralisée d’ici la fin de l’année et qui, on l’espère, fera des émules.

 

Commentaires