La marmite norvégienne, cuire en économisant de l’énergie

La marmite norvégienne, cuire en économisant de l’énergie
La marmite norvégienne, cuire en économisant de l’énergie
© Pixabay
Par Claire Villard publié le
5395 lectures

Besoin de réduire les factures d'électricité à la fin du mois ? Ou simplement envie de trouver des astuces pour moins consommer au quotidien ? La marmite norvégienne est faite pour vous ! Très simple d’utilisation, on vous dit tout sur cette technique ancestrale.

Le principe est des plus simples, et date de la nuit des temps. Il s’agit de commencer la cuisson d’un plat normalement, et de l’arrêter rapidement après ébullition, afin de la prolonger dans un espace isolé thermiquement, où elle se poursuivra naturellement. Bien sûr, cela nécessite plus de temps qu’à l’habitude. Mais avec un peu d’organisation, et en l’utilisant pour les plats qui s’y prêtent, cette méthode peut facilement faire économiser 50 % d’énergie.

Récup’ et fabrication maison

Une marmite norvégienne ne s’achète pas -ou plutôt, il est si simple de s’en fabriquer une soi-même, que cela serait dommage de dépenser des dizaines d’euros pour s’en procurer une neuve. Il s’agit de choisir son ustensile de cuisson de base : faitout, cocotte en fonte, au choix. C’est dans celui-ci que votre plat sera cuisiné. Il est indispensable qu’il possède un couvercle le maintenant bien fermé. Ensuite, récupérez un objet suffisamment grand pour la contenir. Il peut s’agir d’un coffre en bois, d’une glacière, de n’importe quelle boîte, ou même d’un carton solide. Ce contenant doit être isolé de l’intérieur : c’est de cette étape que dépendra l’efficacité de votre marmite norvégienne. Tapissez donc l’intérieur avec un plaid, des journaux, ou mieux, de la laine, du liège, de la paille… L’objectif est de ne laisser aucun pont thermique : tous les espaces entre votre cocotte et son contenant doivent être comblés au mieux.
On passe à la cuisson ! Démarrez votre recette comme d’habitude. Après ébullition, pour une première utilisation, arrêtez la cuisson à la moitié du temps. Placez ensuite votre plat dans le dispositif isolé. Fermez le tout, au besoin, déposez un poids sur le couvercle de votre caisse, et laissez simplement la cuisson se poursuivre sans feu. Chaque marmite norvégienne étant différente, et chaque recette nécessitant également un temps de cuisson différent, il est très difficile de savoir à l’avance au bout de combien de temps votre plat sera prêt. Il vous faudra donc goûter régulièrement, pour, à terme, maîtriser le processus.

Cuisson passive

La cuisson en marmite norvégienne convient bien aux plats devant être préparés à l’avance, mijotés et à l’étouffé. Ils restent chauds de longues heures. Pas besoin de surveiller le feu ou de le rallumer au moment de servir, le plat est à température idéale au moment de servir. Bien entendu, le tout est de prendre le temps d’apprivoiser sa marmite norvégienne en testant plusieurs recettes. À titre indicatif, des carottes coupées nécessitent seulement une minute d'ébullition puis 50 minutes dans la marmite norvégienne pour être cuites. Pour des lentilles vertes, 5 minutes d'ébullition puis 90 minutes de cuisson passive. Une foule de plats des plus classiques aux plus inventifs peuvent s’y prêter également.

La marmite norvégienne (MN, pour les accros), c’est finalement un peu d’organisation et surtout beaucoup de bon sens. La technique de cuisson passive, sans feu, a été pratiquée, et l’est toujours, dans les pays les plus pauvres ne disposant pas de notre confort moderne, ou bien en temps de guerre, notamment par l’armée. Si beaucoup d’entre nous ne dépendent pas de ce système pour pouvoir manger chaud chaque jour, nous pouvons néanmoins y trouver une vraie manière d’économiser de l’énergie et de réduire notre impact environnemental.

Nombreuses idées de recettes et de techniques pour fabriquer sa marmite norvégienne sur : www.marmite-norvegienne.com

Commentaires