Le gouvernement lance une campagne pour inciter les Français à réparer leurs objets

Campagne pour inciter les Français à réparer leurs objets
campagne pour inciter les Français à réparer leurs objets
© NICOLAS DELAUNAY - AFP/Archives
Par AFP/Relaxnews publié le
1079 lectures

"Réparer, entretenir et donner une nouvelle vie aux objets" plutôt que de les jeter, telle est l'ambition du gouvernement qui a lancé mardi une campagne pour inciter à réduire une source de gaspillage et de gaz à effet de serre.

Voici une bonne nouvelle à l’heure où le gaspillage des ressources pour fabriquer les objets du quotidien et l’obsolescence programmée n’ont de cesse d’augmenter. Le gouvernement a lancé ce mardi une campagne baptisée "nos objets ont plein d'avenirs". Le but ? Inciter les Français à opter pour une consommation "circulaire", a souligné la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne lors d'une conférence de presse de présentation de cette initiative, en partenariat avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). Cette opération doit durer trois ans "avec un volet sur les entreprises en 2020", a précisé l'Ademe. Par exemple, si la durée de vie moyenne des télévisions en France passait à neuf ans contre huit actuellement, le gain environnemental serait de 1,7 million de tonnes de CO2, selon ses estimations. "On éviterait les émissions d'une ville de la taille de Lyon", résume Pierre Galion, chef du service consommation et prévention de l'agence.

A bas le Black Friday

Alors que les internautes et consommateurs sont actuellement envahis par les promotions du Black Friday, la secrétaire d'État à la Transition Écologique Brune Poison, a appelé les Français à "sortir d'une économie mortifère et un peu absurde". De son côté, lundi, la ministre de la Transition écologique a alerté contre la pollution que génère cet événement.

Cette manifestation commerciale importée des Etats-Unis est une opération "où, à coups de remises, de publicités, on vous incite à acheter des produits dont vous n'avez pas nécessairement besoin", avait-elle d’ailleurs observé au micro de BFM Business, citant "un chiffre : l'an dernier, au lendemain du Black Friday : c'était un million de colis livrés dans Paris". "On ne peut pas à la fois baisser les émissions de gaz à effet de serre et appeler à une frénésie de consommation. Il faut surtout consommer mieux", a précisé Élisabeth Borne. Pour autant, "il n'est pas question de culpabiliser qui que ce soit", a-t-elle rassuré, disant vouloir "continuer à convaincre les Français de consommer autrement".

Loi anti-gaspillage

Ces annonces interviennent au lendemain du début de l'examen en commission du projet de loi "anti-gaspillage" qui vise notamment à interdire la destruction des invendus non-alimentaires et créer un indice de "réparabilité", une note de 0 à 10, pour inciter les acheteurs et les fabricants à mieux penser la durée de vie des produits.

Le vote du projet de loi devrait avoir lieu "la semaine du 16 décembre" et les mesures devraient commencer à entrer en vigueur en 2020, a indiqué le cabinet de Brune Poison à l'AFP.

Commentaires