Incendies en Australie : aide internationale et mobilisation des stars

Incendies en Australie
Incendies en Australie : aide internationale et mobilisation des stars
© PETER PARKS - AFP/Archives
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
1360 lectures

Quatre mois après le début des incendies en Australie, qui ont atteint ces dernières semaines un stade critique, l’aide internationale se déploie. De leurs côtés, de nombreuses célébrités s’engagent à faire des dons ou à récolter des millions de dollars.

Depuis septembre, les incendies qui ravagent l’Australie ont détruit plus de 5,25 millions d'hectares, soit deux fois la superficie de la Belgique. Ils ont causé la mort de 24 personnes, dont le dernier samedi, lors d’une des pires journées qu’a pu connaître le pays durant ces quatre derniers mois. Selon les scientifiques australiens, près d’un demi-milliard d’animaux ont été tués. Les dégâts matériels sont évidemment colossaux, plus de 1500 maisons ayant été détruites à ce jour. Canberra, la capitale, a été placée dimanche dernier en tête des villes les plus polluées au monde par Air Visual, devançant ainsi Delhi et Kaboul, en raison des fumées asphyxiant la ville.

Face au désastre, l’aide internationale se met en place. Le Canada, ainsi que les Etats-Unis ont déjà envoyé du personnel pour aider la population et soutenir les pompiers. Emmanuel Macron a également proposé un soutien opérationnel immédiat. "Solidarité avec le peuple australien face aux incendies qui ravagent leur pays", a tweeté le président de la République en français et en anglais ce 5 janvier. "Ce matin, j’ai appelé" le Premier ministre australien, Scott Morrison, "pour offrir notre aide opérationnelle immédiate pour lutter contre les feux, protéger la population et préserver la biodiversité", précisait-t-il. Jeudi dernier, le président brésilien Jair Bolsonaro avaient fustigé "le silence" d'Emmanuel Macron sur les incendies meurtriers en Australie, lui reprochant indirectement de l’avoir critiqué sur sa gestion des feux en Amazonie.

Des stars se mobilisent aussi

Le monde du show-biz apporte aussi son aide. Plusieurs personnalités ont indiqué leur intention de faire des dons ou récolter des millions de dollars pour soutenir les pompiers et les communautés touchées par cette catastrophe. Samedi dernier, la chanteuse américaine Pink s'est engagée dans un tweet à donner 500.000 dollars américains, un montant égal à celui promis par l'actrice australienne Nicole Kidman. "Le soutien, les pensées et les prières de notre famille accompagnent tous ceux qui sont touchés par les incendies partout en Australie", a posté l'actrice sur Instagram.

Une cagnotte lancée par la comédienne et humoriste Celeste Barber sur Facebook pour aider les pompiers a réuni, en 48 heures, 25 millions de dollars australiens (15,5 millions d'euros) de dons venus du monde entier. La numéro 1 mondiale du tennis, l'Australienne Ashleigh Barty, tenante du titre à Roland-Garros, a annoncé qu'elle ferait don à la Croix-Rouge de ses gains du tournoi de Brisbane. Ceux-ci peuvent potentiellement atteindre 250.000 dollars (environ 225.000 euros).

Pétitions des anonymes et des associations

Ce drame environnemental et humain affecte les citoyens des quatre coins du monde. De nombreux anonymes, australiens ou non, ont lancé des pétitions pour alerter les politiques sur l’urgence d’agir. Comme celle pour annuler les feux d’artifice de Sydney pour le nouvel an, qui avaient néanmoins été maintenus malgré les 300 000 signatures réunies. D’autres pointent du doigt les dérives d’un gouvernement climatosceptique, à l’instar de celle lancée par Greenpeace. Pour rappel, lors de la COP25, l'Australie a refusé de mettre en place des règles destinées à réduire les émissions de CO2. Et pour cause, l’économie du pays repose en grande partie sur les énergies fossiles : charbon, fer et gaz... Et en paie aujourd’hui le prix fort selon les experts. "Les incendies en cours en Australie sont un véritable symptôme de la crise climatique, crise elle-même largement causée par la combustion de charbon et de pétrole", a déploré Jamie Hanson, directeur des campagnes Greenpeace Australie, comme l’indique le site Usbek & Rica. "L'Australie est le troisième exportateur mondial de combustibles fossiles (...) et le premier exportateur mondial de charbon. Les mines de charbon australiennes nourrissent littéralement les incendies." 

Cette catastrophe d’une ampleur inédite fera-t-elle bouger les choses ? L'état d'urgence a été décrété dans le sud-est de l'île et ordre a été donné vendredi dernier à plus de 100.000 personnes d'évacuer dans trois Etats. Près de 200 incendies continuaient de brûler ce dimanche, souvent hors de contrôle, mais peu d'entre eux ont déclenché des avertissements d'urgence. Autre bonne nouvelle :  les températures ont chuté de 20 à 25°C en 24 heures dans le sud-est du pays avec le passage d'une perturbation. Mais après cette accalmie sur la Nouvelle-Galles du Sud, des alertes météo pour les prochains jours ont été annoncées. Sans oublier que les fumées des incendies causent, à elles seules, un climat unique : elles forment des nuages de feu, appelés pyrocumulonimbus, provoquant des vents violents et de la foudre, qui peuvent allumer ou alimenter d’autres feux… Un véritable cercle vicieux.

 

Avec AFP/Relaxnews

Source(s):
Commentaires