30 000 abeilles mortes à la suite d’un acte de vandalisme

ruche abeilles
30 000 abeilles mortes à la suite d’un acte de vandalisme
© Pixabay
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
3351 lectures

Un apiculteur amateur à la retraite, habitant à Vanves (92), a porté plainte contre X après que son essaim ait été pris pour cible, tuant ainsi 30 000 pollinisateurs.

30 000. C’est le nombre d’abeilles décimées après qu’une ruche ait été jetée à l’eau, rapporte Le Parisien. Cet acte de vandalisme s’est produit la semaine dernière dans le parc Frédéric-Pic, à Vanves, dans les Hauts-de-Seine. Un essaim entier a été retrouvé flottant sur un cours d’eau. Pierre Kerg fait partie des apiculteurs dont les ruches reposent sur un îlot du parc, et a constaté, démuni, l’hécatombe. Deux autres de ses six ruches, et une troisième d’un autre apiculteur, ont également été retournées. "Par grand froid, on ne sait pas comment l'essaim va réagir. Il y aura de la mortalité car le toit est parti. Je verrai dans deux mois, au printemps, si ces deux essaims vont perdurer ", déplore-t-il.

Des ados responsables des faits ?

Deux témoins assurent avoir vu les responsables de cet acte de vandalisme, depuis leur appartement. "C'étaient trois jeunes, dans les 16, 17 ans. Je les ai menacés d'appeler les gendarmes et ils ont détalé. Mais j'aurais vraiment dû appeler la police", raconte l’une des voisines. En plus des ruches, les jeunes gens se sont également acharnés sur le mobilier urbain. "On les voyait rouler les poubelles jusqu'au ruisseau, ils ont cassé quelques planches des bancs et ils ont commencé à mettre le feu aux jeux d'enfants. Je les ai vus jeter quelque chose dans le ruisseau, sans doute la ruche", relate la résidente.

Une meilleure protection des ruches

"Détruire pour détruire, c'est ridicule et odieux… Les abeilles ont un rôle indispensable dans l'écosystème. C'est fou de s'en prendre à des ruches", s’insurge Pierre Kerg, qui a envoyé un mail au maire, Bernard Gauducheau, pour lui demander d’installer des caméras de surveillance. Car ce n’est pas la première fois que de tels événements se produisent. En 2018 déjà, une de ses ruches avait été renversée. L’élu a affirmé réfléchir à un meilleur dispositif pour empêcher l'accès aux ruches, qui n’est pourtant pas aisé. Le pont-levis, fermé, est entouré de grilles à piques pointues. Mais celles-ci ont vraisemblablement été contournées…

Source(s):
Commentaires