Australie : des poches en tissu pour sauver les bébés kangourous

poche tricot kangourou
Australie : des poches en tissu pour sauver les bébés kangourous
© Facebook Amanda Chapman‎/Animal Rescue Collective Craft Guild
Par La rédaction publié le
1315 lectures

L’appel des associations et soigneurs australiens a bien été entendu : des adeptes du tricot et de la couture des quatre coins du monde confectionnent des poches pour les bébés marsupiaux, nombreux étant devenus orphelins après les incendies dévastateurs ayant touché l’île-continent.

Sursaut de solidarité autour des animaux, victimes directes des incendies en Australie, après l’appel lancé par Animal Rescue Collective Craft Guild. Ce groupe, composé de soigneurs australiens, propose à ceux qui le souhaitent de tricoter des poches pour les bébés kangourous, koalas ou autres marsupiaux. Créé en avril dernier, le groupe Facebook Animal Rescue Collective Craft Guild est passé 23 000 membres au début du mois, à plus de 230 000 aujourd’hui. Les soigneurs reçoivent des contributions provenant de divers pays. Et c’est tant mieux ! Car depuis septembre 2019, les feux ont causé la mort d’un milliard d’animaux selon les experts. Les survivants, eux, sont en péril puisqu’une grande partie de leur habitat a été ravagé et de nombreux marsupiaux se retrouvent orphelins.  Ils sont donc plus vulnérables, et d'autant plus les kangourous, qui se développent dans la poche ventrale de leur mère. 

Le Parc australien de Carcassonne a relayé cette belle initiative australienne. Il récolte des poches en tissu et les achemine en Australie. 

D’autres actions similaires

En Australie et ailleurs, les dispositifs de ce type se multiplient. Sittle Dandelion, un magasin situé à Sydney, invite par exemple ses clients à coudre des poches. Un appel à l’aide qui a d’ailleurs été repris par une maison de couture en ligne française toulousaine. Une fois les poches cousues, elles seront envoyées en Australie par petits colis de moins de 3 kg. Une manière d’éviter les contraintes liées à la douane, comme le précise La maison Germaine Guérin sur sa page Facebook.

 

A vos aiguilles donc ! Seul impératif : utiliser des tissus naturels. "Ça peut être cousu dans un vieux t-shirt en coton ou une vielle nappe en lin, mais surtout pas de matière synthétique" .  Afin que les internautes confectionnent des modèles adaptés, La maison Germaine Guérin propose aussi des tutos. 

A travers toute la France, plusieurs autres associations de tricot et de couture n'hésitent pas à mettre  la patte pour sauver ces petits animaux.

Penser à demain

Après la tragédie, un autre défi attend les soigneurs. Une fois que les marsupiaux auront grandi, il faudra les réintroduire dans la nature. Tandis que leur habitat a été ravagé "il va falloir qu’ils s’habituent à un nouvel habitat qui n’est pas le leur", explique Christine Hosking, chercheuse à l’université de Queensland, à Brisbane (dans l’est du pays), dans les colonnes de Liberation. "Il y aura forcément moins de territoire et donc une lutte plus acharnée pour la nourriture", ajoute-t-elle.

Source(s):
  • Animal Rescue Collective Craft Guild
  • Libération
Commentaires