L’aloe arborescens, une plante anti-cancer ?

L’aloe arborescens, une plante anti-cancer ?
L’aloe arborescens, une plante anti-cancer ?
Par Claire Villard publié le
4867 lectures

On connaît tous l'aloe vera, la plante grasse incontournable, présente dans tous les beaux jardins méditerranéens, et de plus en plus sous forme de cosmétiques dans nos salles de bain. Mais beaucoup moins l’aloe arborescens, l’un de ses cousins, qui possède pourtant des vertus insoupçonnées. Découverte avec des spécialistes.

Au nord-ouest de Toulouse, sous 3000 mètres carrés de serres, poussent des centaines de pieds d’aloe arborescens. Leurs fines feuilles dentelées, telles des milliers de petits tentacules, s’épanouissent dans des conditions optimums : peu d’humidité, de la chaleur, et beaucoup de lumière. L'Île aux plantes est la seule entreprise en France à faire pousser cette espèce, à la transformer en jus et cosmétiques et à la commercialiser. Le tout en bio, bien entendu. "Son rendement est beaucoup moins important que celui de l’aloe vera, commente Violaine Percie du Sert, dirigeante. Ses feuilles sont plus petites, et il met beaucoup plus de temps à se développer. C’est notamment pour cette raison que l’horticulture l’a un peu délaissé…" Et pourtant, il vaut le coup qu’on s’y intéresse.

Supporter les effets d’une chimiothérapie

Ses propriétés ont été mises au jour par le père Romano Zago, né au Brésil en 1932, qui a consacré une grande partie de sa vie à faire valoir le pouvoir de cette plante auprès de nombreux malades, et en particulier des personnes atteintes de cancer. Il a d’ailleurs publié le livre Du cancer on peut guérir (traduit en onze langues), qui se fonde sur l’usage de cette plante. Remède miracle, alors ? En réalité, il n’existe pas d’étude scientifique formelle dans le domaine du cancer. Mais "l’expérience du père Zago est confirmée par des études au Japon dans la prise en charge des lésions cutanées liées aux bombes atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, explique le docteur Éric Ménat, co-auteur du livre Cancer, Être acteur de votre traitement (éditions Leduc.s). Les principales propriétés de cette plante sont le renforcement des défenses naturelles, l’action protectrice et réparatrice de la peau, l’action dépurative et reminéralisante." C’est en cela que l’aloe arborescens sera utile dans la prise en charge des effets secondaires des traitements contre le cancer, "que ce soit au niveau de l’estomac pendant les chimios toujours accompagnées de cortisone et de beaucoup de stress, toutes pourvoyeuses de gastrites, détaille Dr Ménat. Ensuite pour les radiothérapies où l’aloe sera bénéfique pour calmer les brulures liées aux rayons comme le montre l’expérience japonaise. Enfin, de façon plus globale, il est idéal pour renforcer les défenses et l’énergie du malade."

Autre grand avantage de cette plante : elle ne présente quasiment aucune contre-indication. "Si on utilise le gel de l’aloe sans la partie externe, on évite l’effet laxatif de cette plante et dans ce cas on peut dire que l’aloe arborescens est très bien toléré, assure encore le Dr Ménat. Il peut persister un léger effet laxatif, mais il est souvent mineur. En dehors de cela, l’aloe arborescens ne présente ni précautions d’emploi ni contre-indication. Il ne donne pas d’interaction avec les médicaments et n’a donc que des actions bénéfiques, y compris sur le plan nutritionnel puisqu’il est riche en nutriments."

Une entreprise unique en France depuis 25 ans

À L’Ile aux plantes, Violaine et son compagnon Bruno reproduisent la recette originale de Romano Zago. Dans leur laboratoire, ils travaillent les formules afin de conserver les propriétés de la plante tout en répondant aux demandes des clients : jus sucré au miel, au sirop d’agave, sans sucre… "L’important pour nous est de maîtriser toute la chaîne de production, depuis la culture à la vente", précise Violaine. Une garantie de qualité, pour le consommateur. En 2010, elle a repris l’entreprise de l’horticulteur Pierre-Marie Gélineau, fondée il y a vingt-cinq ans, qui travaillait déjà l’aloe arborescens -suite à sa rencontre avec le père Romano Zago- mais en exportant ses plants depuis les Canaries. "Ça aurait été une aberration de continuer sur ce modèle-là, notamment pour le bilan carbone, poursuit la responsable. C’est la raison pour laquelle nous avons créé ces serres." Encore peu commercialisés dans les magasins de la région, ses produits se vendent essentiellement par correspondance. Et le développement de leur gamme avec des cosmétiques, des plants, et produits complémentaires (type Goji, propolis, etc.) les fait connaître petit à petit. De quoi commencer à donner à cette jolie plante la visibilité qu’elle mérite.

Plus d’infos sur : www.ileauxplantes.com

Commentaires