L’éclipse solaire du "cercle de feu", un phénomène rare observé

L’éclipse solaire du
L’éclipse solaire du "cercle de feu", un phénomène rare observé
© Sam Yeh - AFP
Par AFP/Relaxnews publié le
247 lectures

Des astronomes amateurs ou non ont pu assister ce dimanche à une éclipse solaire appelée "cercle de feu", sur une voie étroite allant de l'Afrique de l'Ouest à la péninsule arabique, en passant par l’Inde et l'Extrême-Orient.

Les éclipses annulaires se produisent lorsque la Lune, passant entre la Terre et le Soleil, n'est pas assez proche de notre planète pour obscurcir complètement la lumière du soleil, laissant un mince anneau du disque solaire visible. Elles se produisent une à deux fois chaque année et ne peuvent être vues que par une voie étroite à travers la planète.

Une éclipse le premier jour de l’été pour l’hémisphère nord

L'éclipse de ce dimanche 21 juin a eu lieu le jour le plus long de l'hémisphère nord pour le solstice d'été, lorsque le pôle Nord est le plus directement incliné vers le soleil. Elle a d'abord été visible dans le nord-est de la République du Congo à partir de 5h56 heure locale (04h56 GMT) quelques minutes seulement après le lever du soleil.
Arquée vers l'est à travers l'Afrique et l'Asie"l'éclipse était maximale" - avec un halo solaire parfait autour de la Lune - au-dessus d'Uttarakhand, en Inde près de la frontière sino-indienne à 12h10 heure locale (0640 GMT). Plus spectaculaire, mais moins durable : l'alignement exact de la Terre, de la Lune et du Soleil n'était visible que pendant 38 secondes.

L'éclipse annulaire n'est visible que sur environ 2 % de la surface de la Terre, a expliqué à l'AFP Florent Delefie, astronome à l'Observatoire de Paris. "C'est un peu comme passer d'une ampoule de 500 watts à une ampoule de 30 watts", a-t-il ajouté. "C'est une lumière froide et tu ne vois pas aussi bien."

L'éclipse complète était visible à des endroits successifs sur une période de près de quatre heures, et l'un des derniers endroits pour voir le soleil partiellement caché était Taiwan.

Des conditions d’observations particulières avec la crise sanitaire du Covid-19

Le Sri Lanka a fermé son planétarium pour empêcher un rassemblement d'astronomes amateurs en raison de l'épidémie de coronavirus, mais a retransmis en direct l'événement céleste sur Facebook.

Un petit groupe d'une quinzaine d'étudiants s'est blotti autour d'un télescope à l'Université de Colombo pour regarder l'éclipse. Certains élèves utilisaient un masque de soudage pour regarder le soleil, tandis que d'autres portaient des lunettes faites avec des filtres qui coupaient les rayons ultraviolets.

Des précautions contre les coronavirus ont également été prises à Katmandou, la capitale du Népal, alors que des dizaines d'étudiants et de passionnés d'astronomie se rassemblaient sur un toit. Seuls quelques-uns ont été autorisés à la fois dans la zone d'observation, portant des masques et se désinfectant les mains en attendant leur tour. "J'étais inquiet car la journée est nuageuse, mais la vue était excellente", a expliqué à l'AFP Swechhya Gurung, une étudiante de 19 ans.

À Hong Kong, des dizaines de téléspectateurs allant des amateurs d'astronomie aux familles profitant de la Fête des pères se sont réunis dans un parc au bord de l'eau dans l'est de Kowloon pour assister au spectacle, qui a duré environ 90 minutes.

Des éclipses solaires et lunaires à venir

Une éclipse solaire se produit toujours environ deux semaines avant ou après une éclipse lunaire, lorsque la Lune se déplace dans l'ombre de la Terre. Les éclipses lunaires sont visibles sur environ la moitié de la surface de la Terre. Une éclipse lunaire est prévue le 5 juillet, avec la meilleure vue sur l'Amérique du Nord et du Sud, l'Europe du Sud et l'Afrique. Il y aura une deuxième éclipse solaire en 2020 le 14 décembre sur l'Amérique du Sud. La Lune sera un peu plus proche de la Terre, elle bloquera complètement la lumière du Soleil.

Commentaires