Voici les fruits et légumes qui ne pourront bientôt plus être vendus sous emballage plastique

fruits, légumes, plastiques
Fruits et légumes dans du plastiques
© Stocklib
Par adele ndjaki publié le
Journaliste
394 lectures

A compter du 1er janvier 2022, certains produits alimentaires ne pourront plus être vendus sous emballage plastique. Une mesure environnementale qui entrera en vigueur suite à un décret publié ce mardi 12 octobre 2021.

C’est bientôt la fin ! Enfin ! Ce mardi 12 octobre 2021 marque une belle avancée d’un point de vue écologique. Un décret, faisant partie de la loi anti-gaspillage de 2020, a été publié. Il inderdit, dès le 1er janvier 2022, la vente de certains fruits et légumes sous emballage plastique. Pour rappel, 37 % des fruits et légumes seraient vendus emballés, selon le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation. Cela représente 1 à 2 milliards d'emballages plastiques par an. 

Quels sont les produits concernés ? 

Les légumes qui ne pourront plus être vendus dans un emballage plastique

Choux, choux-fleurs, poireaux, concombres, courgettes, panais, courges, aubergines, légumes racines, poivrons, pommes de terre, topinambours, radis, oignons, navets « normaux », carottes « normales », tomates rondes

Les fruits qui ne pourront plus être vendus dans un emballage plastique

Oranges, clémentines, mandarines, pamplemousses, citrons, melons, mangues, kakis, fruits de la Passion, kiwis, ananas, pommes, poires, bananes, prunes.

Les règles étant souvent accompagnées de dérogations, d’autres fruits et légumes n’entrent pas dans le cadre de cette législation. 

Des exceptions jusqu’en 2026

Certains fruits et légumes sont relativement fragiles et ne peuvent pas facilement être vendus en vrac. Afin de donner aux professionnels le temps de trouver une alternative au plastique, la loi prévoit différents échelons pour certaines catégories de produits. 

Dès le 30 juin 2023, les pêches, haricots verts, petits fruits ronds (tomates, raisins), tomates côtelées et allongées segment coeur, et navets nouveaux/primeurs, oignons, nectarines, abricots, choux de Bruxelles ne pourront plus être enveloppés de plastique. 

Les cerises, champignons, pommes de terres, canneberges, carottes primeur, petites carottes, salades, mâches, herbes aromatiques, épinards, jeunes pousses, oseilles, fleurs comestibles, airelles, physalis, haricots mungo (le soja), endives, asperges, brocolis pourront être emballés sous plastique jusqu’au 31 décembre 2024.

Dernier échelon : le 30 juin 2026. Avant cette date, vous pourrez constater la présence d’emballages plastiques pour les fruits et légumes vendus par lots de 1,5 kg ou plus. La groseille pays, le cassis, les myrtilles, les mûres, les fruits mûrs à point, les fraises, les framboises, la surette, les graines de germes, le kiwai, la surelle, les groseilles sont également concernés par cette exception pendant les quatre années à venir.

Vers une disparition totale du plastique en 2040 ?

La loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire prévoit l’interdiction du plastique à usage unique en 2040.  Déjà en cours de réalisation, cette stratégie environnementale envisage d’autres actions pour atteindre cet objectif. Pour ce faire, le gouvernement a dans sa ligne de mire : les fast-foods. Déjà touchés par certaines interdictions (produits en plastique comme les pailles, gobelets…), les jouets et sachets de thé en plastique distribués en restauration rapide seront totalement interdits dès le 1er janvier 2022.   Concernant la vaisselle jetable dans les fast-foods, le gouvernement fait savoir qu’elle sera définitivement remplacée par des récipients réutilisables dès le 1er janvier 2023. 

Source(s):