Campagne, ville, conduite occasionnelle : quel type de voiture correspond le mieux à ma situation ?

voiture électrique
Campagne, ville, conduite occasionnelle : quel type de voiture correspond le mieux à ma situation ?
© Pixabay
Par Thomas Louis publié le
Journaliste indépendant
241 lectures

Prendre le vélo ou les transports en commun au quotidien n'est pas toujours possible, notamment lorsqu'on réside en zone rurale peu desservie. Mais alors, quel type de véhicule choisir ?

Si le recours aux mobilités douces doit être facilité et privilégié, il n’est pas rare qu’en France, la voiture soit un outil capital pour se déplacer au quotidien. Selon l'Insee, 84,1% des Français disposaient d’un véhicule en 2018. Un chiffre éloquent, qui implique bien plus de choses qu’on pourrait le penser. En effet, selon Nacera Rozczko, dirigeante de l'auto-école Urban Conduite à Grenoble "le rapport aux déplacements est en révolution, [et] le cadre de 2022 n'est plus porté sur l'achat stricto sensu".  Désormais, il faut compter avec des critères comme l’utilisation concrète, le budget au mois, et "la question du type du véhicule va consister à définir un idéal. Le reste lui doit être bien réel !" Dans cette perspective, on ne choisirait pas sa voiture de la même manière selon qu’on vit à la campagne ou en ville, ou selon qu’on a une conduite quotidienne ou plus occasionnelle. Voici nos conseils pour trouver le type de voiture qui correspond à son mode de vie.

Sur quels critères se baser pour choisir sa voiture ?

Bien évidemment, en location ou non, choisir une voiture reste un acte financier capital dans un foyer. Le budget s’impose donc naturellement comme un critère de taille, à prendre en compte avant toute chose. Et s’il existe aujourd’hui des facilités de paiement comme la location avec option d’achat (LOA), il n’en reste pas moins qu’une voiture est un poste de dépense à prendre en compte au quotidien. De plus, certaines personnes qui n’utilisent que peu leur véhicule pourront avoir tendance à se rapprocher des modèles plus anciens, au contraire des gens qui roulent chaque jour, et qui s’attendent à une qualité optimale.

Parmi les autres critères pour choisir son type de voiture, la taille du foyer semble naturellement à prendre en compte. Pour Nacera Rozczko, "si j'ai deux enfants, une 3 portes va vite me causer des problèmes de dos, et une voiture légèrement surélevée, va m'apporter un confort supplémentaire. De même que ma culture automobile et ma sensibilité écologique vont venir aussi orienter des pistes".

L'impact environnemental 

Aujourd’hui, l’empreinte écologique a effectivement un véritable rôle dans le choix d’un véhicule, notamment face à l’avancée des véhicules électriques. Pour Nacera Rozczko, "le 'diesel-gate' et le prix du gazole nous ont sortis du clivage diesel /essence, et les véhicules hybrides et électriques sont en plein essor. Le choix de la motorisation, va être à la fois essentiel et peut parfois devenir accessoire passé un certain seuil". 
Pour Ashvin Jankee, directeur d'ActivWatts, bureau d'études spécialisé dans la mobilité électrique, "l’électrique est d’abord une réponse aux enjeux climatiques. Par-là, je parle de la pollution atmosphérique et des gaz à effets de serre. C’est un geste pour notre futur. D’ailleurs, j’invite tout le monde à lire le rapport 2022 du GIEC (ou du moins, les conclusions). L’électrique/hybride, c’est un changement de vie pour préserver l’environnement. Et effectivement, à court terme, cela coûte cher. À long terme, cela permettra à nos enfants/petits-enfants, d’avoir une planète plus saine. Beaucoup de détracteurs parlent des méfaits de la voiture électrique. Et effectivement, la voiture électrique d’aujourd’hui n’est pas la solution miracle. Il y a bien des problématiques de pollution pour produire ces véhicules, ainsi que des problèmes de recyclage des batteries. Mais ce n’est que le début de l’ère du changement…"

Le confort

Enfin, le confort reste un critère que bon nombre de conducteurs souhaitent prendre en compte. "En général, on s'intéresse à un modèle pour une liste de raisons, puis la fouille s'accentue et le choix final rassemble le plus de critères souhaités, et comporte parfois quelques concessions... sauf que c'est uniquement lorsque l'on cédera le véhicule que la 'bonne affaire' pourra être certaine", estime Nacera Rozczko.

Quelle voiture choisir pour une conduite en ville ?

En ville, la conduite est naturellement moins fluide qu’en campagne, soumise à davantage d’arrêts et de changements de vitesses. Pour Nacera Rozczko, les citadines sont le type de véhicule le plus adapté à la conduite en ville, puisque ces dernières sont "maniables, elles procurent aujourd'hui une tenue de route assurée, et permettent des stationnements aisés. Leurs seuls inconvénients restent la taille de l'assise arrière, et celle du coffre. Ce ne sont pas réellement des 5 places. » Des inconvénients qui entrent en collision avec l’usage général que l’on fait des citadines, à savoir, un usage souvent régulier, voire quotidien. Car oui, « pour une conduite quotidienne, ce qui doit être privilégié c'est le confort. Un véhicule qui me permet donc une bonne installation, et une action prompte sur les commandes reste le critère numéro 1".

Il n’en reste pas moins que, comme leur nom l’indique, les citadines sont souvent conçues pour permettre cet équilibre entre le confort de la conduite et le confort de l’habitacle.

Du côté des véhicules électriques, ces derniers se retrouvent majoritairement en ville. Pour Ashvin Jankee, "avec les contraintes perçues sur l’autonomie, la plupart des personnes l’utilisent pour des trajets travail-maison. Et généralement, les personnes gardent une voiture thermique pour les longs trajets pour partir en week-end ou en voyage. Pour les petits trajets avec de nombreux arrêts, il faut favoriser l’électrique, surtout sur du terrain plus ou moins plat."

Mais qu’en est-il de la voiture thermique ?

"La voiture thermique n’est pas très efficace en centre-ville, avec les arrêts et redémarrages réguliers. La voiture électrique, elle, ne souffre pas de cette problématique. Cela ne veut pas dire que la voiture électrique n’est pas faite pour aller en campagne, loin de là. C’est plutôt une problématique d’infrastructure pour les bornes de rechange qui est aujourd’hui encore en développement et qu’il faudra déployer massivement par la suite."

Quelle voiture choisir pour une conduite en campagne ?

La campagne nous soumet à des critères de route bien différents, influençant le choix de sa voiture de façon tout à fait naturelle. Selon Nacera Rozczko, "en campagne, les principales différences se situent au niveau de la vitesse et de la typologie de la route (moins de voies, de carrefours et d'intersections, etc.). La déclivité peut venir aussi pimenter le quotidien du conducteur. Dans certains cas, c'est davantage l'adhérence à la chaussée et l'entretien des freins qui sera à privilégier, plutôt que le type de véhicule. Le confort et les finitions à l'intérieur de l'habitacle restent des questions de goûts et de moyens."

En effet, un milieu plus rural est souvent davantage parsemé de pentes, de ronds-points, voire d’intempéries, mais implique moins de petits arrêts que la ville. Dans la même optique, la vitesse y est souvent plus grande, puisqu’en ville, les limitations sont relativement basses.

Ashvin Jankee nous invite d’abord à réfléchir à l’utilisation de sa voiture, en lien avec les conditions : "La voiture électrique est plutôt adaptée pour les trajets plats vis-à-vis de l’autonomie. A première vue, on pourrait penser qu’il y aurait des modes de vie inadaptés. Je ne le vois pas comme cela. Il y a des solutions pour chaque problème... Un exemple est le développement et l’utilisation de plus en plus courante de tracteurs électriques dans l’agriculture."

Quelle voiture choisir pour une conduite occasionnelle ?

D'un point de vue environnemental, opter pour une voiture hybride essence électrique peut-être la meilleure solution si elle est légère et si vous ne remplacez pas un véhicule thermique fonctionnel. La raison : la fabrication des batteries de voitures électriques pollue davantage que celle des véhicules thermiques ! Autre choix, le véhicule d’occasion, mais qui nécessitera d’être vigilant quant aux garanties et aux possibilités de revente, souvent plus basses.

Selon Ashvin Jankee, directeur d'ActivWatts, bureau d'études spécialisé dans la mobilité électrique, "côté coût, il ne faut pas se leurrer. La voiture électrique n’est pas aujourd’hui moins chère que la thermique à l’achat. Je crois cependant que les coûts de production diminueront lorsque de plus en plus de personnes les utiliseront. L’entretien est moins cher car il y a moins de pièces mécaniques soumises à l’usure (pas de filtre à carburant, embrayage, remplacement de pompes à prévoir). Les équipements électroniques de puissance sont dimensionnés pour respecter leurs contraintes électriques, mécaniques et thermiques et durer plus de vingt ans."

Budget, famille, carburant, pollution, assurance, etc. : ce qui fait le type de véhicule fait pour vous, c’est bel et bien l’usage que l’on en fait !


 

Source(s):