Prendre conscience de l’impact de l’homme sur la planète en 8 vues satellites

Image satellite de la Bretagne
Prendre conscience de l’impact de l’homme sur la planète en 8 vues satellites
Par Mathieu Doutreligne publié le
14426 lectures

On a souvent du mal à imaginer l’impact de notre quotidien sur la planète. La prise de conscience est difficile lorsque l’on reste concentré sur cette routine du métro/boulot/dodo. Prenons un peu de hauteur. Voici une série d’images satellite qui montrent l’impact de la vie humaine sur la Terre.

 

Marée noire dans le Golf du Mexique
Voici une image de la pire marée noire de l’histoire des États-Unis. C'est en 2010 que la plate-forme Deepwater Horizon détenue par BP explose. S’en suit un flux de plus de 4 millions de barils de brut dans le golfe du Mexique, du point de rupture au côte Américaine de la Louisiane. © NASA

 

Le trafic aérien représente 3% des émissions de CO2
Les fameuses traînées blanches des avions ne sont pas de simples vapeurs d’eau dans l’atmosphère. Ces émissions équivalent à 3% des rejets mondiaux de CO2. Cette image prise le 16 mai 2004 montre le nombre important de traînées visibles par temps clair. Si rien n’est pensé pour les limiter, elles seront multipliées par 4 à 6 d’ici 2050. © NASA/SIPA

 

Déforestation massive en Amazonie
L’idée est simple pour le gouvernement brésilien : couper des arbres pour faire pousser du soja transgénique ou élever du bétail. Il faut produire pour vendre. Vendre pour augmenter ses richesses. Mais de quelles richesses parlons-nous ? L’État de Rondônia au Brésil est l’un des plus déboisés de la forêt sud américaine. Sur cette vue satellite datant d’août 2007, on voit la forêt intacte en vert foncé, les terres nues en marron et les zones de cultures en vert clair. © NASA

 

Nappe de pollution en Chine
Sur cette image satellite du 22 octobre 2013, on constate un épais nuage de pollution sur le Nord-Est de la Chine. On 2012, on estime que la pollution a tué 7 millions de personnes sur Terre, selon l’OMS. © NASA/NOAA

 

Ville lumière, capitale mondiale
La photo prise le 7 avril 2013 par un membre d’équipage de la Station Spatiale Internationale donne une idée de la quantité d’énergie qu’il faut pour éclairer Paris et sa banlieue. Depuis maintenant plus d’un an en France, l’éclairage public est restreint dans les bâtiments non résidentiels, l’objectif étant simple : faire baisser la consommation électrique. © NASA/SIPA

 

Évolution de la mer d’Aral
La photographie de gauche représente la mer d’Aral en 1989. À droite, la même photo prise en 2013. Jadis, cette mer située au Kazakhstan était l’un des bassins salés les plus grands du monde. Ce n’est plus le cas depuis les années 1960 lorsque les projets d’irrigation soviétiques ont détourné les afluents pour ériger des barrages. © NASA

 

Un trafic maritime qui laisse des traces
L’océan Pacifique est la zone géographique qui connait le trafic maritime le plus important sur la planète, principalement pour faire le pont entre l’Asie et le continent Nord Américain. Ce trafic important est visible depuis l’espace, comme le montre cette image publiée dans le rapport de l’Agence Européenne pour l’Environnement de mars 2013. Ce rapport fait état d’une pollution importante et non régulée provenant des navires. © NASA/SIPA

 

Et si le ciel nous tombait sur la tête ?
Le monde actuel et les outils que nous utilisons ne pourraient pas fonctionner sans les milliers de satellites qui gravitent autour de la Terre. Cette illustration générée par ordinateur en avril 2008 par l’Agence Spatiale Européenne laisse imaginer la quantité de débris potentiels que cela représente s’ils venaient à cesser de fonctionner. © ESA/SIPA

Rédaction : Mathieu Doutreligne

Commentaires