Jean Hervé, une entreprise familiale au savoir-faire authentique

Jean Hervé, une entreprise familiale au savoir-faire authentique
Jean Hervé, une entreprise familiale au savoir-faire authentique
Par Elodie Sillaro publié le
5323 lectures

Purées d’amande, de sésame, pâtes à tartiner, ce sont les procédés de fabrication de ses produits qui ont fait la renommée de Jean Hervé. Après plus de trente ans, les modes de fabrication traditionnels n’ont pas changé et la marque Jean Hervé s’est développée en France et en Europe.

Communication partenaire

Jean Hervé, c'est le spécialiste des graines et fruits secs qui allie une sélection rigoureuse de matières premières à des modes de fabrication traditionnels et vivants: les fruits secs sont séchés au feu de bois ou à l'air chaud, et broyés à la meule de pierre à basse température. Les méthodes de travail contribuent à la qualité des purées ainis qu'à la renommée d'une entreprise familiale grandissante et diverisifée.

Jean Hervé, un avant-gardiste

Soixante-huitard, végétarien et père de famille de 6 enfants, Jean Hervé n’avait pas les mêmes convictions que ses confrères de l’époque. Après avoir fait un tour de France à vélo, il a déposé ses bagages en Savoie: “Mon père croyait au changement. Mais avant de changer le monde, il souhaitait se changer lui-même”, nous confie la fille de Jean Hervé, Maïa, qui a repris l’entreprise familiale en 2010.

S’intéressant à la macrobiotique, c’est en 1976 que Jean Hervé commence à fabriquer ses purées d’amandes et de sésame pour nourrir ses enfants, élevés selon les principes végétariens. Séduits par les bienfaits nutritifs des fruits secs, il les broie à la meule de pierre,  et les fait cuire dans ses chaudrons en cuivre au feu de bois pour confectionner des purées qui feront toutes sa renommée.

“C’était un visionnaire, il savait qu’on serait amené à manger moins de viande et qu’on aurait besoin de fruits secs.”

Un savoir-faire authentique

Seize ans plus tard, il trouve l’opportunité d’acheter un grand bâtiment de 1200m2 en Savoie et embauche un salarié. C’est le début de l’aventure à deux. Aujourd’hui, l’entreprise Jean Hervé emploient 43 personnes sur 6000m2 à Clion dans l’Indre. Au fil des années, l’entreprise a grandi, en même temps que la gamme de produits s'est élargie. Au départ, destinés à supplémenter l’alimentation végétarienne, les produits s’adressent aussi aux organismes affaiblis par le style de vie moderne, facilitent le sevrage des bébés, répondent aux besoins des sportifs et séduisent tous les gourmands à la recherche de saveurs authentiques.

Après plus de trente ans, les modes de fabrication traditionnels de l'entreprise Jean Hervé n’ont pas changé: les fruits secs sont toujours toastés au feu de bois et le broyage se fait à la meule de pierre à basse température. Ce sont ces procédés particuliers qui ont fait la renommée de Jean Hervé et ont permis le développement de la marque sur toute la France mais aussi en Europe.

“On garde la même technique, on multiplie juste les poêlettes et les petites machines. On fabrique tout nous-même et on ne fait aucune sous-traitance. Ça demande beaucoup d’humain et un savoir-faire manuel”

Aujourd'hui, l'entreprise Jean Hervé propose de la pâte à tartiner, des produits sucrants, des produits confits, des boissons alcoolisées, de la pâte d'amandes ou encore des mélanges apéritifs.

Une entreprise familiale

Jean Hervé a transmis à ses enfants le goût des aliments sains et vivants ainsi que le respect des qualités des fruits secs travaillés.

“La seule formation que l’on ait eue, c’est l’amour des produits. On sait pourquoi on les mange et pourquoi ils sont faits ainsi. Mon père nous a appris le sens des choses, l’esprit de l’alimentation-santé”.

Il y a 40 ans, ses choix étaient différents et n’étaient pas faciles. Les gens pensaient que c’était une lubie, ils pariaient sur le nombre de semaines qu’ils tiendraient. Ma mère l’a soutenu et était très présente dans l’aventure. Toute la famille a toujours été impliquée dans l’entreprise”, explique Maïa Hervé. Femme d’affaire et maman, c’est elle désormais qui chapeaute l’entreprise. Elle continue d’étendre le savoir-faire de la maison et a su l’adapter sans l’altérer : une alliance de l’artisanat dans la confection de ses produits et de l’industrie dans leur conditionnement. Lorsqu’elle était petite, c’était elle déjà - accompagnée de ses frères et soeurs - qui validait les recettes du père.

Sur les salons, pas de commerciaux, ce sont Jean-Hervé, sa femme et ses enfants qui vous accueillent : “Nous faisons goûter nos produits sur les salons mêmes, ce sont ensuite les clients séduits qui veulent nos produits et qui nous commercialisent. Des produits artisanaux et haut de gamme, qu’on vend au prix des concurrents. Et, pour maintenir ces prix-là, on fait des choix différents. On avance doucement mais sûrement”. En 2016, l’équipe comptait 42 personnes. Le recrutement local du personnel permet à la fois une véritable implication socio-économique de l'entreprise dans la région Centre et une limitation des transports domicile-travail des salariés.

Engagée pour l’humain et la planète

Pratiques, recyclables et réutilisables, l’entreprise conditionne ses fruits secs entiers et ses poudres en pot PET. Plus légers, ils ont permis de réduire le bilan carbone au niveau du transport. L’entreprise est équipée d’ampoules LED et de panneaux photovoltaïques. Elle récupère la chaleur des cheminées pour chauffer les parties sanitaires des ateliers. Les sacs en papier, plaquettes de communication sont éco-responsables et les produits ménagers écologiques.

Elle a également investi dans un parc forestier de 43 hectares dont elle assure la gestion elle-même avec traction animale du bois ainsi que son renouvellement afin de pourvoir à ses besoins de bois alimentant les poêlettes. Dans sa nouvelle usine à Clion-sur-Indre un puit canadien permet de réguler la température des locaux et un système de récupération d’eau pluviale alimente les sanitaires. L’usine est entièrement équipée en domotique et dispose d’une chaudière à biomasse alimentée par les déchets de bois et de sésame.

Depuis 2003, l’entreprise Jean Hervé reverse 1% de son chiffre d’affaire à des associations caritatives notamment à Haïti depuis 2008. Cette dernière participe au reboisement et plante des arbres oxalogènes, des super-arbres qui captent et stockent le CO2 dans le sol sous forme de calcaire. Cela permet de fertiliser les sols acides ou dégradés.

Commentaires