Temps passé devant les écrans, travail assis : l’importance de bouger pour pallier la sédentarité

femme sur un vélo
Temps passé devant les écrans, travail assis : l’importance de pratiquer une activité physique pour pallier la sédentarité
Par AFP/Relaxnews publié le
1515 lectures

La sédentarité liée au temps passée derrière les écrans, ou assis au travail n’est pas sans conséquence sur la santé. Deux nouvelles études rappellent l’importance de pratiquer une activité physique régulière pour contrer ses méfaits.

On le sait, la sédentarité, qu’elle soit liée à notre profession ou à notre temps passé devant les écrans à la maison n’est pas sans conséquence sur la santé. Deux nouvelles études britanniques rappellent l’importance de pratiquer une activité physique régulière pour contrer ses méfaits. La première, publiée ce jeudi dans la revue BMC Medecine, révèle qu’une bonne condition physique pourrait atténuer voire compenser le risque de mortalité lié au temps passé assis derrière un écran. Après avoir suivis près de 400 000 Britanniques âgés de 40 à 69 ans, les auteurs de l'étude ont constaté que les individus qui avaient des niveaux de condition physique inférieurs multipliaient par deux leur risque de mortalité, de maladie cardiovasculaire et de cancer, comparativement aux participants qui avaient une meilleure condition physique, évaluée par la capacité cardiorespiratoire.

Aller au travail à vélo ou à pied si possible

La seconde recherche parue dans la revue Heart cette semaine, réalisée avec les données de 350000 patients âgés de 37 à 73 ans, confirme les bienfaits de se rendre au travail à pied ou à vélo. Les participants, habitant essentiellement en zone urbaine, devaient fournir des détails sur leurs trajets professionnels et non professionnels, et déclarer s'ils prenaient exclusivement leur voiture ou utilisaient des modes de transport alternatifs et plus actifs, même de temps en temps. Après avoir pris en compte d'autres facteurs d'influence, comme les autres types d'activité physique, la consommation de fruits et légumes, et le statut socio-économique, les résultats montrent que les employés utilisant des moyens de transport plus actifs pour se rendre au travail, comme la marche ou la bicyclette, bénéficiaient d'une réduction de 11 % du risque de maladie cardiovasculaire, et de 30 % en ce qui concerne le risque de crise cardiaque mortelle.

Etre actif au moins sur une partie du trajet travail-maison

Les personnes utilisant ces modes de transport plus actifs à la fois pour aller travailler et pour leurs trajets personnels connaissaient un risque de crise cardiaque mortelle encore plus réduit, de 43 %. L'étude étant observationnelle, les chercheurs soulignent qu'aucune conclusion définitive ne peut être tirée en ce qui concerne une éventuelle causalité. Toutefois, l’échantillon d’individus suivis étant important, ces résultats ne sont pas négligeables.

"Cette étude apporte de nouvelles preuves qui soutiendront les efforts, notamment politiques, et les recommandations encourageant le public à se déplacer de manière active, même si ce n'est possible que pour une partie de leur trajet", souligne April Mohanty, médecin membre du système de santé de Salt Lake City (États-Unis).

Pour une meilleure santé, il faudrait donc adopter l’adage vélo, boulot, dodo. Du moins, pour celles et ceux qui n’habitent pas trop loin de leur lieu de travail.

Commentaires