20 % de produits bio dans les cantines : la mesure adoptée au Sénat

20 % de produits bio dans les cantines : la mesure adoptée au Sénat
20 % de produits bio dans les cantines : la mesure adoptée au Sénat
Par AFP/Relaxnews publié le
790 lectures

A l'occasion de l'examen du projet de loi agriculture alimentation, les sénateurs ont confirmé jeudi 28 juin l'objectif de 20 % de produits bio dans la restauration collective.

L'objectif des 20 % de produits bio a été réintroduit dans la loi agriculture et alimentation "car toutes les filières françaises se sont montrées confiantes dans leur capacité à répondre à ce surcroît de demande", a souligné Anne-Catherine Loisier (UC). Les sénateurs ont ainsi adopté cet amendement de la co-rapporteure qui préserve l'ambition du dispositif adopté en première lecture à l'Assemblée mais en assouplit certaines des modalités.

20 % de produits bio et de 50 % de produits labellisés 

"Les produits labellisés ‘régions ultrapériphériques’ sont ajoutés pour promouvoir nos produits ultramarins en métropole et participer (..) à l'assouplissement de ces dispositions pour l'outre-mer", a-t-elle ajouté. Son amendement prévoit aussi que le seuil au-delà duquel un plan pluriannuel de diversification des protéines doit être élaboré "est relevé de 200 à 300 couverts par jour en moyenne". Il réintroduit également l'information et la consultation régulière des usagers. Enfin, a-t-elle souligné, l'application progressive de l'article devra faire l'objet d'une concertation avec les acteurs concernés et devra aussi tenir compte de l'évolution des capacités de production locale.

"Nous voulons éviter les importations pour répondre à cette demande, en faisant en sorte que des agriculteurs produisent du bio à côté des cantines", a souligné Michel Raison (LR), également co-rapporteur, en appelant à voter l'amendement.

"L'amendement de la rapporteure me convient puisqu'il rétablit nos objectifs de 20 % de produits bio et de 50 % de produits sous label", a affirmé le ministre de l'agriculture Stéphane Traver. "Reste que son champ est plus restreint puisque la restauration administrative en est exclue", a-t-il ajouté en donnant un avis de sagesse.

Commencé mardi, l'examen du projet de loi déjà adopté à l'Assemblée était prévu jusqu'à vendredi. Mais en raison de la durée des débats, il devrait se poursuivre le lundi 2 juillet.

Commentaires