Le canicross : et si je faisais équipe avec mon chien ?

canicross, courir avec son chien
Le canicross : et si je courais avec mon chien ?
Par Claire Villard publié le
1950 lectures

Pas assez de temps à consacrer aux balades de votre toutou ? Encore en train d’hésiter entre différentes disciplines pour votre rentrée sportive ? Le canicross pourrait bien être la solution pour satisfaire tout le monde.

Le canicross est le nom d’une discipline à part entière, constituée en fédération, qui a pour principe d’associer le coureur et son chien dans un même effort physique. Bien entendu, il n’est pas indispensable de s’affilier à un club pour pratiquer ce jogging en binôme. Pour débuter, il suffit d’avoir suffisamment de motivation et de complicité avec son animal. Car il s’agit bien là d’une activité à deux : respecter la forme physique et les envies de son compagnon reste la base. Tous les chiens adultes peuvent courir, dès l’instant où ils sont en bonne santé. Pour un animal vieillissant, il est conseillé de consulter un vétérinaire avant de se lancer, afin notamment d’inspecter ses articulations. Mais rassurez-vous : si l’un ou l’autre des partenaires n’est pas en état d'enchaîner les petites foulées, vous pourrez toujours vous tourner vers la cani-marche ou la cani-rando, au rythme moins soutenu.

Bien se préparer

Première étape : choisissez des équipements adaptés à votre chien. D’abord, un harnais pour votre compagnon, ajusté correctement. Ensuite, la ligne de trait, élastique qui vous relie à lui et absorbe les chocs. Elle est l’élément essentiel qui vous permettra de coordonner vos deux rythmes et se fixe sur votre ceinture ou votre baudrier (pour les personnes souffrant de maux de dos, on conseillera plutôt ce dernier). Vous n’avez plus qu’à trouver un lieu propice à vos futurs exploits ! Veillez évidemment à ce que l’endroit soit autorisé aux chiens. Faites du repérage à deux afin de vérifier que le parcours soit propice à vos séances. Pour la fédération des sports et loisirs canins (FSLC), "l’essentiel reste de courir pour le bien-être et plaisir de tous : du chien, du maître, des compagnons de course, de tous les autres usagers de la nature dans le respect de tous".

Courir ensemble, comment s’y prendre ?

Avant de commencer à courir, laissez-le gambader quelques minutes, afin qu’il soit plus concentré lorsque vous l’attacherez. Au départ, s’il a tendance à aller dans tous les sens, marchez calmement, puis accélérez très progressivement de sorte à ce qu’il s’habitue à vous tracter sans vous emporter. Vous devrez en quelque sorte vous apprivoiser mutuellement dans l’effort.
La base de cette pratique repose sur l’écoute de votre animal de compagnie et le partage. La FSLC insiste sur le fait que "le chien doit toujours être devant, au pire au côté de son maître, jamais derrière", tout simplement pour ne pas aller au-delà de son rythme et le fatiguer. Hors de question de le tirer, excepté pour le remettre sur le droit chemin s’il a tendance à s’écarter de la route. Pour courir à deux, une bonne communication est indispensable. Forcément, l’apprentissage de certains ordres sera plus ou moins laborieux en fonction du tempérament de votre chien et de ce qu’il connaît déjà. Apprenez-lui à s’arrêter en disant "stop" et en vous arrêtant vous-même, s’il ne connaît pas déjà cet ordre : il s’agit là du plus important. Puis, passez aux directions : grâce à la ligne de trait, tout en marchant rapidement ou en courant, amenez-le à gauche en disant "à gauche", idem pour la droite. Au bout de plusieurs séances, il intégrera vos directives et vous n’aurez plus besoin de le forcer avec la ligne, seulement de le guider à la voix : comme les vrais mushers ! Encouragez-le très souvent : "c’est bien", "bravo", "allez, go !", n’hésitez pas à beaucoup lui parler, il n’est pas là que pour recevoir vos ordres mais aussi pour s’amuser !

Prendre soin de son équipier

Si vous courez sur terrain accidenté, portez une attention particulière aux coussinets de votre chien, surtout si celui-ci a l’habitude de marcher sur le bitume en ville. Il se peut que vous ayez besoin de recourir à des solutions tannantes (disponibles en pharmacie), qui durcit les coussinets lors d'activités de randonnée ou montagne. Comme pour vous, s’il pratique une activité physique intense régulière, son alimentation devra être adaptée. Tournez-vous vers votre vétérinaire pour ajuster son régime en fonction de sa morphologie et de la fréquence de vos sorties.

Une relation maître-chien unique

Le canicross fait de plus en plus d’adeptes, il plaît parce qu’il "procure plaisir et bien-être du fait de la simplicité de sa technique et s’adresse à tous les publics", explique la FSLC.Il s’agit d’un moment partagé avec son animal, plus ou moins sportif selon les aptitudes et les envies de chacun. Il suscite votre vigilance et votre concentration en permanence : votre chien peut s’arrêter pour aller renifler quelque chose, changer subitement de direction, aussi il est indispensable d’avoir toujours un œil sur lui pour tenter d’anticiper ses comportements. Très rapidement, vous aurez la sensation de mieux le connaître, à force de l’observer ainsi. Au final, des calories brûlées, mais surtout une grande complicité entre vous consolidée, et son éternelle reconnaissance !

Source(s):
  • Fédération des sports et loisirs canins
Commentaires