Des chiens dressés pour sauver les arbres malades

Des chiens dressés pour sauver les arbres malades
Des chiens dressés pour sauver les arbres malades
Par Cécilia Ouibrahim publié le
601 lectures

Une récente étude parue dans la revue spécialisée HortTechnology a présenté une alternative surprenante pour repérer les arbres malades. Des chiens de berger ont été dressés afin de lutter contre un champignon qui sévit chez les avocatiers.

Une épidémie de champignons décime les avocatiers aux Etats-Unis. Pour pallier ce véritable fléau, des chercheurs de l’Université internationale de Floride proposent de s’entourer de chiens entraînés pour venir à bout de ce pathogène. En effet, l’odorat de ces fidèles compagnons est 1 000 à 100 000 fois supérieur à celui de l'être humain. Ultra-performant, ce sens est sollicité dans divers domaines : chasse, sauvetage, détection de drogues, d'explosifs ou même de maladies. 

Le champignon : un pathogène dévastateur

Responsables de la mort de plus de 300 millions d’avocatiers, ces champignons (Raffaelea lauricola) agissent également sur le commerce des avocats. Jusqu’ici, aucune méthode fiable ne permettait de détecter les cultures malades. 
Régulièrement, il faut envisager un diagnostic précoce : aux premiers symptômes visibles, la contamination s’étend et devient irréversible. Le champignon, en se propageant à travers les racines, peut dévaster toute la culture. Pour sauver la culture des avocats et empêcher la propagation de la bactérie, il faut donc opter pour une détection rapide du pathogène. Surnommés “agri-dogs” par les auteurs de l’étude, les chiens de berger constituent une alternative originale, écologique et à moindre coût.

Une détection rapide et efficace

Les chercheurs de l’Université internationale de Floride ont étudié l’efficacité de l’odorat des chiens pour cet exercice. Pour ce faire, ils en ont entraîné trois à repérer la présence du champignon grâce à leur flair. En tenant compte des variations des conditions météo, les scientifiques ont évalué leur efficacité. Avec une rapidité déconcertante, ces animaux flairent les arbres et décèlent les végétaux atteints en s’installant près d’eux. L’efficacité des chiens renifleurs est quasi-optimale. Sur 229 sessions de test, ces derniers ne se sont trompés que 12 fois, ce qui représente près de 95 % d’efficacité, malgré le beau temps qui manquait parfois à l’appel.

"Avec un temps moyen de localisation d'un échantillon positif de bois infecté situé entre 37- 49 secondes pour des chiens travaillant dans des zones de test comprenant entre 25 et 30 arbres, ces animaux ne prouvent pas seulement qu'ils permettent une détection précise mais également une détection rapide", déclarent les chercheurs dans l'étude.

 

Commentaires