Charles Aznavour : disparition d’un véritable défenseur de la planète

Charles Aznavour : disparition d’un véritable défenseur de la planète
Charles Aznavour : disparition d’un véritable défenseur de la planète
Par Cécilia Ouibrahim publié le
2130 lectures

Après plus de soixante-dix ans de carrière, le chanteur Charles Aznavour s’est éteint ce lundi 1er octobre à l’âge de 94 ans. L’occasion de rendre hommage, en musique, à ce fervent défenseur de l’environnement.

La chanson française est en émoi. Elle est orpheline de cet artiste à l’immense carrière et aux 1.400 chansons enregistrées. L’AFP l’a annoncé ce matin, Charles Aznavour a tiré sa révérence dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Également engagé, le géant de la chanson française était un véritable défenseur de l’environnement.

“La Terre meurt, l'homme s'en fout”

“Emmenez-moi au bout de la Terre”, chantait-il. Mais la Terre, de plus en plus polluée, est loin de ressembler au pays des merveilles. Et pourtant, pourtant, le chanteur rêvait d’une planète plus saine. Mobilisé pour l’écologie, l’artiste faisait partie des 200 signataires d’une tribune publiée récemment dans le journal Le Monde pour la protection de l’environnement. Une cause qu’il considérait comme étant le “plus grand défi de l’histoire de l’humanité”.

Avec son titre “la Terre meurt” issu de son album “Colore ma vie” sorti en 2007, Aznavour a dévoilé son appétence pour la protection environnementale : "La Terre meurt, l'homme s'en fout", regrettait-il.

Le célèbre chanteur de La Bohème était également membre du Comité de soutien au Pacte écologique, une initiative de la Fondation Nicolas Hulot aspirant à placer l’écologie au coeur du débat politique.


Commentaires