Zéro déchet : le premier Drive tout nu ouvre ses portes à Toulouse

Zéro déchet : le premier Drive tout nu ouvre ses portes à Toulouse
Zéro déchet : le premier Drive tout nu ouvre ses portes à Toulouse
Par Cécilia Ouibrahim publié le
2867 lectures

Drive tout nu, le premier service de retrait de courses zéro déchet en France, a enfin ouvert ses portes mardi 11 décembre à Beauzelles, dans l’agglomération toulousaine.

Commander des produits en vrac sur Internet, favoriser la lutte anti-gaspi et sensibiliser les consommateurs au zéro déchet : Drive tout nu est le premier service de retrait de courses zéro déchet en France. Lancée il y a quelques mois par deux entrepreneurs toulousains, Salomé Géraud et Pierre Géraud-Liria, cette plateforme ambitieuse demeurait jusque-là en phase expérimentale. Bonne nouvelle : le projet se concrétise et vient de s’installer dans l’agglomération de Toulouse.

Une consigne “inversée” qui récompense les consommateurs

Exit le plastique, objectif zéro déchet ! Drive tout nu propose une sélection de produits essentiellement bio et locaux, plus respectueux de la planète. Pâtes, beurre, fruits et légumes, fromage, lessive, cosmétiques… les produits sont “tout nus”. Vendues en vrac ou dans des contenants réutilisables (bocal en verre, sac en tissu, etc.), les denrées proposées ne manquent pas d’emballer les friands de l’anti-gaspi !

“Cela fonctionne comme n’importe quel drive, les gens passent leurs commandes en ligne, nous préparons tout mais dans des emballages réutilisables”, explique Salomé Géraud. “A la commande suivante, les gens peuvent revenir avec, pour chaque bocal ramené un bon d’achat de 10 centimes.” Une sorte de “consigne inversée”, selon la co-fondatrice, visant à récompenser les consommateurs qui favorisent l’économie circulaire. En mars dernier, les entrepreneurs toulousains avaient expérimenté le système de livraison sur plusieurs lieux de la ville rose. Le service a connu un tel succès qu’il finit par obtenir son propre point de collecte. Un local permanent où les clients pourront récupérer les produits qu’ils ont commandé. Déjà, les 100 premiers clients, surnommés “bêta-testeurs” se sont empressés de venir remplir leurs bocaux. Seul bémol : pour l’heure, le lieu n’est ouvert que les vendredis et samedis mais les fondateurs espèrent élargir le système de livraison à tous les jours de la semaine. Salomé et Pierre ne s’arrêtent pas là. Ils prévoient de développer un second point de collecte en périphérie toulousaine dès l’an prochain, et souhaitent étendre leur activité sur tout le territoire.

Commentaires