La dangerosité des produits ménagers, une nouvelle fois démontrée

Produits ménagers
La dangerosité des produits ménagers, une nouvelle fois démontrée
Par AFP/Relaxnews publié le
2969 lectures

Des chercheurs américains ont trouvé un lien entre les dichlorophénols (DCP), des produits chimiques présents dans de nombreux produits d'entretien et ménager, et un risque accru de cancer et de maladies cardiaques.

Cette nouvelle étude, menée par des scientifiques de l'Université du Minnesota, a pris en compte 3.617 participants à l'étude National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), un programme mené par le National Center for Health Statistics américain du Centers for Disease Control and Prevention.
Les participants devaient rapporter leurs antécédents de maladies et fournir un échantillon d'urine que les chercheurs ont analysé pour estimer leur exposition aux 2,5-DCP et 2,4-DCP.
On trouve les DCP dans de nombreux produits du quotidien comme les désodorisants, les additifs antibactériens comme le triclosan, un ingrédient que l'on retrouve fréquemment dans le dentifrice et même dans certaines eaux chlorées.

Mauvais pour la santé cardiaque

Leurs résultats, relayés par la revue Occupational and Environmental Medicine, ont montré que de plus fortes concentrations de 2,5-DCP dans les urines était associées à une plus grande prévalence de maladie cardiaque et à une plus grande prévalence de tous les cancers combinés. En revanche, ils n'ont pas trouvé d'association entre le 2,4-DCP et les maladies cardiaques ou les cancers. 
De plus, aucune association statistique significative n'a été trouvée entre les 2,4-DCP ou 2,5-DCP et les maladies pulmonaires telles que l'asthme, les bronchites chroniques et l'emphysème, les troubles de la thyroïde ou du foie.
Des recherches précédentes de l'NHANES, qui avaient montré que 81 % des personnes présentaient des taux de 2,4-DCP et 2,5-DCP dans leurs urines, annonçaient en partie déjà ces résultats.

"Etant donné que 81 % des Américains sont exposés à ces produits chimiques, nous devons mieux comprendre comment ils peuvent influencer la santé", a noté l'auteure de l'étude Mary Rooney.

Cette dernière recommande de plus amples recherches sur les effets de l'exposition aux DCP.

Commentaires