Les effets du manque de sommeil sur votre coeur

Le manque de sommeil peut avoir de graves conséquences sur le fonctionnement de votre coeur.
Le manque de sommeil peut avoir de graves conséquences sur le fonctionnement de votre coeur.
Par Hanen Slimani publié le
1847 lectures

Une nouvelle étude publiée par la revue scientifique américaine Nature révèle les effets indésirables du manque de sommeil sur le système cardio-vasculaire. Cette expérimentation effectuée sur des souris démontre qu’il favoriserait l’apparition de maladies cardiaques comme l’athérosclérose.

On savait que le manque de sommeil pouvait favoriser la prise de poids, la dépression et même endommager votre ADN. Mais une récente étude du Massachusetts General Hospital a mis en lumière les méfaits de cette anomalie sur notre système cardio-vasculaire.

Dans cette recherche publiée dans la revue scientifique Nature, les scientifiques ont observé ce dysfonctionnement sur des souris prédisposées à l’athérosclérose (maladie touchant les artères). Une partie des souris soumises à cette expérimentation pouvait dormir plus de douze heures sans interruption. L’autre partie, en revanche, était très souvent réveillée durant son sommeil.

Le sommeil est une protection

Les résultats sont surprenants. Près de 12 semaines après le début de cette expérience, les conclusions sont sans appel. Les souris dont le sommeil avait été perturbé présentaient des plaques plus importantes dans leurs artères ainsi que des vaisseaux sanguins en forte inflammation. Ces souris manquaient également fortement d'hypocrétine, une hormone sécrétée durant le sommeil. Cela entraînait alors une augmentation de la protéine CSF1, causée à l’origine par une hausse de globules blancs inflammatoires dans la moelle osseuse. Tout cet ensemble accélère l’apparition des symptômes de l’athérosclérose.

Les souris dont le sommeil n’avait pas été modifié ne présentaient, elles, aucune anomalie dans le système cardio-vasculaire. Cette étude démontre que le sommeil est une protection contre les maladies cardiaques. Si les raisons biologiques expliquant ce lien restent encore à prouver, ces résultats ont de quoi inquiéter les personnes souffrant de manque de sommeil, soit près d’un quart de la population en France.

 

Source(s):
Commentaires