Empoisonnement mortel d'une grande partie des rares vautours du Golan

Empoisonnement mortel d'une grande partie des rares vautours du Golan
Empoisonnement mortel d'une grande partie des rares vautours du Golan
Par AFP/Relaxnews publié le
1029 lectures

Une grande partie de la population des vautours encore présents dans la partie du Golan annexée par Israël a été retrouvée morte empoisonnée, a annoncé vendredi l'Autorité israélienne des parcs et de la nature.

Huit vautours sont morts, "un coup mortel porté à cette population de rapaces", a dit à l'AFP le directeur de cette institution, Shaoul Goldstein. Il a parlé d'un empoisonnement sans dire s'il était accidentel ou intentionnel. Un renard et deux chacals ont également été retrouvés morts. Deux vautours retrouvés malades ont été transférés pour des soins dans une clinique pour animaux sauvages.

"C'est une affaire grave et nous allons tout faire pour trouver les responsables de cet empoisonnement et les traîner en justice", dit l'Autorité dans un communiqué.

Une hécatombe 

En 20 ans, la population des vautours dans cette région a baissé de manière considérable. Evaluée à près de 130 en 1998, ils étaient moins de 20 récemment, avant l'annonce de ces décès, selon l'Autorité. En 2016, des Casques bleus de l'ONU avaient aidé au retour d'un vautour capturé au Liban parce que soupçonné d'espionnage pour Israël.

L'Autorité israélienne des parcs et de la nature avait alors parlé "d'une discrète opération avec les Libanais et avec l'assistance des forces de l'ONU".

Israël a annexé 1.200 kilomètres carrés du Golan en 1981, une annexion qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Environ 18.000 Syriens appartenant à la communauté druze - dont la plupart refusent la citoyenneté israélienne - restent dans le Golan occupé, où se sont installés quelque 20.000 colons israéliens dans 33 colonies de peuplement.

Photo : © SVEN NACKSTRAND - AFP

 

Commentaires