Ce soir, ne vous endormez pas devant la télé ou la lumière allumée !

Ce soir, ne vous endormez pas devant la télé ou la lumière allumée !
Ce soir, ne vous endormez pas devant la télé ou la lumière allumée !
Par Elodie-Elsy Moreau publié le
719 lectures

Si les méfaits des écrans sont souvent dénoncés, une nouvelle étude américaine, publiée dans la revue JAMA, révèle que s’endormir régulièrement devant son téléviseur favorise la prise de poids. Explications.

C’est bien connu, la sédentarité liée aux écrans peut affecter notre santé. Mais une étude américaine, réalisée par le National Institutes of Health (NIH), va encore plus loin et dévoile, pour la première fois, les conséquences de l’exposition nocturne à la lumière artificielle pendant le sommeil. D’après les scientifiques, dormir avec une télévision ou une lumière allumée peut constituer un facteur de prise de poids ou d'obésité.

Pour dresser ce constat, les scientifiques ont étudié les données provenant d’une cohorte portant sur les facteurs de risque de cancer du sein et d'autres maladies, pour laquelle avait été soumis, à plus de 40 000 femmes, un questionnaire. Les participantes, âgées de 35 à 74 ans, n’avaient aucun antécédent de cancer ni de maladie cardiovasculaire. Elles devaient notamment déclarer si elles dormaient sans lumière, avec une petite veilleuse, une lumière extérieure, une lumière ou une télévision dans la chambre.

Le téléviseur dans la ligne de mire

Les chercheurs ont analysé le niveau de lumière artificielle durant la période de sommeil. Ils ont alors observé que l’utilisation d’une petite veilleuse n’était pas associée à une prise de poids, alors que les femmes qui dormaient avec une lumière ou avec la télévision avaient 17 % plus de risques de prendre 5 kilos, ou plus, au cours de la période de suivi qui a duré cinq ans. Le risque lié à la lumière venant de l'extérieur de la pièce était plus modeste.

Les rythmes circadiens perturbés

Toutefois, Chandra Jackson, coauteure de l’étude, précise que la lumière nocturne, plus courante en milieu urbain, devrait davantage être prise en compte. Les réverbères ou les néons des magasins peuvent supprimer la mélatonine, l'hormone du sommeil, et dérégler le cycle naturel jour-nuit des rythmes circadiens, qui dure 24 heures.

Comme l’expliquent les chercheurs, "les humains sont génétiquement adaptés à un environnement naturel comprenant la lumière du soleil pendant la journée et l'obscurité la nuit". Ainsi, "l’exposition nocturne à la lumière artificielle peut altérer les hormones et d’autres processus biologiques, ce qui augmente le risque de maladies telles que l’obésité."

Néanmoins, les auteurs reconnaissent que d'autres facteurs pourraient également expliquer l’association entre lumière artificielle la nuit et prise de poids.

Enfin, cette recherche ayant été réalisée uniquement chez les femmes, on ne sait pas si ce constat vaut pour les hommes…  

Source(s):
Commentaires