Glyphosate, pollution… Ces citoyens qui portent plainte contre l’Etat

Glyphosate, pollution… Ces citoyens qui portent plainte contre l’Etat
Glyphosate, pollution… Ces citoyens qui portent plainte contre l’Etat
Par Cécilia Ouibrahim publié le
1033 lectures

Les citoyens des villes de Chamonix et de Chambéry ont saisi la justice pour condamner les responsables de la pollution atmosphérique et des contaminations au glyphosate. On fait le point.

Le recours en justice est devenu une véritable arme face aux non-respect de la planète. Tandis que l’organisation policière Interpol a récemment lancé un avis de recherche pour retrouver des criminels de l’environnement, des citoyens, victimes de la pollution, veulent à leur tour que justice soit faite. De la contamination au glyphosate à la pollution de l’air, les habitants de deux villes contre-attaquent pour faire valoir leurs droits. 

400 000 euros pour une région qui étouffe sous la pollution 

En Europe, la pollution atmosphérique provoque le décès prématuré de plus de 500 000 personnes chaque année par an. Pour combattre ce fléau, des citoyens de la vallée de l’Arve, près de Chamonix (Haute-Savoie) ont décidé de porter plainte contre l’Etat. Depuis des décennies, les habitants de cette région où la nature prime étouffent sous la pollution. La vallée de l’Arve, qui fait partie des six régions historiques de la Savoie, a connu un événement bouleversant au cours de l’hiver 2016, qui a laissé quelques séquelles et marqué les esprits. L’équipe d’"Envoyé spécial" s’est replongée au coeur de cet épisode de pollution de grande ampleur. En cause : usines, chauffages de bois et pollution aux particules dites "ultrafines" (azote, monoxyde de carbone, dioxyde de soufre) liées à l’industrie et au trafic routier, très dense aux abords du tunnel du Mont-Blanc. La météo a aggravé la situation puisque un phénomène d'inversion des températures avait maintenu la pollution dans la vallée. Tandis que le seuil de particules fines (PM10 et PM2,5) était largement dépassé durant trente cinq jours, les habitants avaient réclamé “de vraies mesures” auprès du préfet. Celui-ci a fini par imposer une circulation alternée pour les poids lourds. Il a également limité certaines activités des usines. L’épisode de pollution a cependant évolué jusqu’en janvier 2017. 

Asthme, sinusites, allergies et même infarctus ou AVC, les maladies s'abattent sur la ville. Pour les habitants, leurs affections chroniques sont dues à la pollution récurrente de l’air. Ils décident alors de saisir la justice en portant plainte pour "carence fautive" et réclament à l’Etat jusqu’à 400 000 euros de dommages et intérêts.
 

2 000 procès en préparation pour bannir le glyphosate

En Savoie, le tristement célèbre Roundup de Monsanto a également fait des siennes. Contaminés au glyphosate, 63 habitants de la ville de Chambéry ont décidé de porter plainte, mercredi 19 juin, auprès du procureur de la commune pour "mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée, atteintes à l'environnement,", a indiqué un porte parole à l'AFP. Des prélèvements d’urine, effectués sur des militants de la ville, ont révélé que la totalité des échantillons analysés contenaient du glyphosate à un taux douze fois plus important que le seuil de l’eau non potable. 

Organisée par les associations les Amis de la Terre, Stop OGM 73 et On veut des Coquelicots, la plainte exige une vérification de l’implication des dirigeants "de tous les fabricants de pesticides contenant du glyphosate", ainsi que ceux de l’Anses (Commission européenne et de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail). "Nous voulons savoir pourquoi nous avons autant de glyphosate dans notre corps alors qu'il n'existe pas dans la nature, et quelles en sont les conséquences", brigue à l'AFP Marc Pascal, socio-économiste et militant.

Alors que le groupe Bayer-Monsanto a été de nombreuses fois pointé du doigt par les justices américaine et française, les associations à l’origine de la plainte en Savoie ont annoncé la préparation de 2 000 autres procès en France et plus de 11 000 dans le monde. 

Commentaires